Install this theme

Posts tagged: superdevoural

DAYDREAM C02 (fr)

DAYDREAM

1 ~ 2 ~ 3 ~ 4 ~ 5 ~ 6 ~ 7 ~ 8 ~ 9 ~ 10 ~ 11 ~ 12 ~ 13 ~ 14 

Genre : Crossover (SPN/DEVOUR), Gen, Romance, Angst. 

Pairing/Characters : Sam/Jake, Sam/Dakota, Dakota, Connie, Jake, Ruby, Sam.

Rating NC-17

Résumé : Après la mort de Dean, Sam a tout essayé pour le ramener. En vain. Sombrant lentement dans le désespoir et se jetant à corps perdu dans la chasse, il commence à perdre la raison, la période où l’alcool pouvait l’aider étant révolue. Jusqu’au jour où il atterrit dans une petite ville appelée Cheever Lake. 

NDA :     

- L’histoire se déroule entre la saison 3 et 4 (c’est une sorte d’interlude) et avant DEVOUR. Même si je m’inspire de ce qu’on découvre dans la saison 4 sur la vie de Sam pendant que Dean était enfer, je ne fais aucun spoil, il n’est donc pas indispensable d’avoir vu cette saison.

- Vous n’êtes pas obligé d’avoir vu Devour pour comprendre. Pour ceux qui l’ont vu et qui n’ont pas aimé pour X raisons, ça ne vous empêche pas de lire, puisque les défauts qu’on lui trouve et généralement énumérés ne se trouvent pas dans cette fiction (le côté surnaturel n’étant absolument pas présent et les personnages largement approfondis par mes soins.)

~

.oO°Oo.

Chapitre 2

Breathe Me

Be my friend, hold me
Warm me up
And found me
I am small and needy
Warm me up
And breathe me

~ Sia ~


Dakota Swan

.oO°Oo.

Sam se renseigna pour trouver un garage et un motel. Il s’occupa d’abord de faire dépanner la voiture. Il avait insisté pour que personne n’y touche, il voulait seulement avoir un compte rendu de la situation. Il avait pris une chambre au motel pour trois jours, ne sachant pas encore le temps que lui prendrait la réparation de l’Impala.

Quand il se retrouva dans la chambre du motel, il posa les sacs sur le lit de Dean et s’allongea sur le sien. Il ne se passa pas dix minutes avant que le silence ne devienne trop pesant. Alors il ferma les yeux, dans l’espoir de trouver le sommeil.

Lorsque celui-ci arriva enfin, tout fut noir, silencieux et froid.

.oO°Oo.

Ce qui lui sembla quelques minutes apparaissait des heures sur l’horloge de la table de nuit. Il fallut un moment à Sam pour comprendre que son téléphone sonnait. Il y jeta un œil. Il ne fut pas étonné de constater que c’était encore Bobby. Après hésitation, il finit par répondre.

« Allô ?

- Sam ! Dieu soit loué. J’ai cru qu’il t’était arrivé quelque chose.

- J’étais occupé.

- Ça te dispense de me donner de tes nouvelles ? »

Un soupir grésilla au bout du fil. Bobby regrettait de s’être laissé emporter. Pourtant il avait raison. D’une certaine façon, Sam aurait préféré qu’il s’énerve contre lui.

« Tu vas bien ?

- Qu’est-ce que tu veux ? »

Il était hors de question qu’il parle de ce qu’il ressentait. Avec toute l’affection qu’il avait pour Bobby, il lui était pourtant impossible de s’ouvrir à lui.

C’était trop dur.

« Je m’inquiète pour toi. Je me demande où tu es… Tu ne fais rien d’inconsidéré, n’est-ce pas ?

- Bobby…

- Tu ne veux pas venir à la maison ? »

Sam savait que Bobby n’était pas au meilleur de sa forme non plus. Après tout, Dean était comme un fils pour lui. Malgré cela, il ne pouvait pas rejoindre Bobby et boire une bière en parlant de l’époque où Dean était encore là. Pour Sam, il n’était pas vraiment mort. Il ne l’accepterait pas avant de perdre totalement espoir. Tant qu’il cherchait Dean, Dean pourrait revenir.

Alors Dean n’était pas mort. Alors Sam n’allait pas parler de lui comme d’un souvenir.

C’était trop tôt.

« J’ai encore des choses à faire… Plus tard peut-être.

- Sam…

- Je dois y aller. Prends soin de toi. »

Sam raccrocha sans attendre de réponse. Après quoi, il supprima les sms, messages vocaux et appels manqués de Bobby. Il ne prit pas la peine de s’y intéresser plus longtemps.

18h. Il n’était pas si tard que ça. Un tour au garage l’occuperait.

Il enfila le blouson de Dean et sortit de la chambre.

Depuis peu, il l’emportait partout où il allait. Ca lui donnait la sensation que Dean veillait sur lui. Qu’il était quelque part à le regarder, quoi qu’il fasse. C’était un réconfort non négligeable.

Pour survivre dans ce monde, il devait avoir une partie de Dean avec lui.

.oO°Oo.

Après un passage au supermarché pour s’acheter un sandwich – pas qu’il avait faim, mais il fallait bien qu’il se nourrisse de temps en temps – Sam se rendit au garage. La voiture l’attendait.

Et ça le marqua.

L’Impala était à son image : sans âme, abandonnée et en ruine.

« C’est vous le propriétaire ? »

Sam se retourna pour tomber face à face avec un vieil homme, un peu enrobé, à barbe blanche de trois jours. Il essuya ses mains pleines de suie du mieux qu’il put et le lui tendit. Ce devait être le garagiste. Sam lui serra la main en forçant un sourire.

« Une Chevrolet Impala de 1967. Un beau bijou ! Et vous l’avez bien amochée !

- Je compte bien me rattraper.

- Tout seul ?

- Je préfèrerais.

- Bon. »

Une lueur de déception apparue dans son regard alors qu’il présentait un papier chiffonné à Sam.

« J’y ai jeté un œil. Je pense qu’il y a quelques problèmes avec le moteur. Pour la carrosserie, je vous en parle pas. Voilà, c’est la liste des pièces à changer. Servez-vous.

- Merci.

- Et… Si jamais vous avez besoin d’aide… »

Le vieil homme jeta un regard envieux à l’Impala avant de retourner à ses petites affaires. Sam se retourna à nouveau vers l’épave.

Il s’imaginait aisément les insultes que pourrait lui adresser Dean en voyant un tel spectacle. Il l’imaginait s’exciter tout seul en hurlant comme s’il avait détruit sa vie. L’Impala, c’était son bébé. Peut-être que d’une certaine façon, elle était également leur seule maison fixe.

Cette pensée fit sourire Sam.

Le premier sourire spontané depuis longtemps.

Alors il continua à s’inventer des conversations avec Dean pendant qu’il réparait la voiture. Il enleva le blouson pour ne pas le salir et se mit au travail.

En fait, travailler sur l’Impala lui ferait le plus grand bien.

Ce serait un peu comme se reconstruire lui-même.

.oO°Oo.

Tom, c’était le garagiste. Il avait passé son temps à tourner autour de la voiture. Sam l’avait, bien entendu, ignoré. Hors de question que quelqu’un d’autre y touche. Pourtant, il en avait du boulot. Il se demandait d’ailleurs comment il avait pu s’en sortir avec seulement quelques égratignures. Quoi qu’il en soit, c’était à lui de le faire. Il devait prendre soin de cette voiture.

Jusqu’à ce que Dean revienne.

.oO°Oo.

Après quatre heures de travail, Sam n’avait fait que vérifier les dires de Tom et démonter.

22h. L’heure habituelle du désespoir.

A cette heure, il allait dans un bar pour noyer son chagrin. C’est ce qu’il ferait, après un petit tour dans la ville. D’une part, pour trouver un bar, d’autre part, parce qu’il avait besoin de prendre l’air. C’était une chouette ville, propre, chaleureuse… Il se dit qu’il repasserait par ici ou par là le lendemain, quand il ferait jour. Une fois devant un bar, il y entra et commanda sa première bière de la soirée sans y penser.

Tout était devenu si automatique chez lui.

« C’est votre bière ? »

Sam leva les yeux vers la serveuse. Elle était belle. Il remarqua particulièrement la couleur de ses cheveux. Roux flamboyant. Elle était jeune. Son regard lui parut triste mais elle affichait une attitude désinvolte.

Sam acquiesça et elle posa la chope de bière sur la table en lui souriant. Quant à lui, il ne pouvait détacher son regard de ses cheveux alors qu’elle faisait volte face pour s’occuper d’un autre client. Cette petite distraction prit rapidement fin. Il s’enfila son verre en moins de cinq minutes pour en commander un autre.

Bière, vodka, whisky, tequila…

Quelques verres de chaque. Jusqu’à oublier où il se trouvait. A chaque fois, c’était elle qui posait le verre sur la table. Quand elle se penchait vers lui, il pouvait entrevoir sa poitrine. Elle lui souriait puis s’éloignait dans la salle qui devenait immatérielle à mesure que son sang assimilait l’alcool.

Sam n’avait plus soif depuis un moment, en vérité. Mais il buvait quand même. Quelques filles l’abordaient, mais il les ignorait. Comme il le faisait ces derniers temps. Il devait être 2h du matin lorsque la rousse vint lui servir un énième verre avant de s’asseoir en face de lui. Il fallut un petit temps à Sam pour analyser la situation.

« Tu viens pas d’ici, hein ?

- Ça se voit tant que ça ?

- C’est une petite ville, je connais tout le monde… Moi c’est Dakota. » 

Sam répondit à son sourire charmeur.

« Sam.

- Sam. Qu’est-ce que tu fais là ? »

A cette question il eut un blanc. Il lui fallut quelques petites secondes pour se rappeler.

« J’ai eu un accident de voiture à l’entrée de la ville. Je suis coincé ici. 

- Bien. »

Elle lui adressa un regard malicieux en glissant son pied le long de la jambe de Sam. Cette situation et l’alcool chatouillant son cerveau lui arrachèrent un sourire.

« Je pense que tu as assez bu pour ce soir. Je te raccompagne. »

Sam n’eut pas le temps de répondre qu’elle lui prit la main et l’entraîna hors du bar. C’est à peine s’il eut le temps de payer.

« Quel hôtel ? »

Encore un blanc. Dakota éclata de rire.

« Seigneur, tu marches presque droit mais tu sais à peine aligner deux mots à la suite. »

Sam fit une grimace alors qu’elle se moquait. Il finit par lui répondre et elle lui prit la manche pour le traîner avec elle dans les rues. Il se laissa faire. Au coin d’une rue, elle fit un tour sur elle-même pour lui voler un baiser. Elle avait des lèvres chaudes au goût de cerise. Elle se détacha de lui et continua de l’entraîner, tantôt rapidement, tantôt lentement, lui dérobant parfois ses lèvres. Il était trop dans les vapes pour résister ou ne serait-ce qu’y penser.

Lentement, tout commençait à tanguer. Tout était irréel. Il se laissait guider par cette nymphette aux cheveux de feu que la légère pluie ne parvenait pas à éteindre. Son rire résonnait dans les rues désertes et gelées alors que Sam trébuchait parfois. Leurs souffles chauds se mêlaient de temps en temps en un brouillard éphémère. Le froid de la nuit fit réaliser à Sam que l’hiver approchait rapidement.

Le fait que les saisons passaient sans qu’il ne puisse rien y faire et son temps qui paraissait bloqué sembla un instant contre nature pour Sam.

Jusqu’à ce que l’être fantastique qui le devançait lui prit la main pour qu’il marche plus rapidement. Ces changements de vitesse ne le surprenaient plus. Il suivait la naïade sans aucune résistance, complètement à sa merci. Il sentait ses doigts fins et brûlants se serrer autour des siens. Ce contact lui fit prendre conscience qu’il avait froid.

Sam se sentait à des milliers de kilomètres de son propre corps, flottant au-dessus du sol, retenu uniquement par cette main chaleureuse.

Une fois au motel, Sam eut à nouveau du mal à se rappeler du numéro de sa chambre. Il réfléchissait contre une porte – parce que soutenir son propre poids devenait difficile – lorsque celle-ci s’ouvrit. Il tomba en arrière et s’étala sur le sol dans un bruit sourd. Dakota était écroulée de rire. Le propriétaire de la chambre les insultait alors qu’elle soulevait difficilement Sam sans pouvoir arrêter de rire.

Finalement, Sam rit aussi.

Il se laissa entraîner dans cette mélodie irréelle. Leur fou rire était tel qu’ils trébuchaient tous les deux dans les escaliers. On leur demanda de faire moins de boucan mais Dakota avait de la répartie. Ils erraient en riant comme des imbéciles dans les couloirs. Jusqu’à ce que Sam ait un éclair de lucidité et reconnaisse son numéro de chambre sur une des portes.

C’est elle qui l’ouvrit. Elle attendit que Sam soit installé sur le lit pour la fermer derrière eux.

Tout fut silencieux.

Elle fit doucement glisser son manteau sur ses épaules et le laissa tomber au sol. Elle portait encore l’uniforme de serveuse.

« Devrais-je me sentir coupable en abusant de toi comme ça ? Tu n’es pas conscient de ce que tu fais, hein ? »

Sam sourit avant de se mordre la lèvre. Cette fille était diaboliquement séduisante. Il avait envie d’elle. Elle s’approcha de lui, tel un félin, s’installa sur lui à califourchon et lui retira le blouson qu’il portait. Sam n’attendit pas qu’elle finisse pour s’emparer de ses lèvres sucrées. Il l’enveloppa de ses bras pour la soulever et l’allongea sur le lit pour la dominer. Ses cheveux flamboyaient sur les draps à la lueur des lampadaires de la rue. Comme tout tournait et vibrait, ils semblaient onduler en des flammes, attisant son désir. Il perdait un peu plus conscience alors que les doigts de la jeune femme glissaient sur sa peau.

Elle était comme les autres, juste une façon de passer le temps. De rendre ses nuits plus courtes. Plus agréables. Pourtant, elle était différente. Comme une apparition, elle l’avait captivé, l’avait empêché de se détruire plus que de raison, l’avait guidé dans ces rues qu’il ne connaissait pas et à présent elle lui faisait connaître un plaisir qu’il avait abandonné depuis des jours. Elle était légère, libre, sauvage. Pourtant elle se laissait posséder.

Pour une raison inconnue, Sam avait la sensation qu’à partir de cette nuit, quelque chose allait changer.

Au réveil, Dakota avait disparu. Sam crut l’avoir rêver.

Mais aujourd’hui se ressentait comme un mercredi. 

.oO°Oo.

Après sa douche, Sam prit le premier sac qui lui vint sous la main pour le fouiller. Ce n’était pas le sien. S’il eut une hésitation, elle fut de courte durée. Rapidement, il enfila un tee-shirt et un pantalon du sac avant de mettre le blouson. C’était ridicule, il le savait. Mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Dean était une drogue et il avait besoin de sa dose.

Aussi dérangé et pathétique que ça pouvait sembler.

.oO°Oo.

Sam s’installa sur un siège de la cafétéria au bout de la rue. Il prit, comme d’habitude, un café et une part de tarte. Pour une fois, il finit la tarte, même s’il avait du se forcer au début. Il fallait qu’il reprenne l’habitude de manger. Il resta un moment à lire le journal pour trouver de quoi s’occuper le temps que l’Impala se remette sur ses quatre roues. Mais il était sûr d’une chose : rien de surnaturel dans les parages. Quand il eut terminé, il balaya la cafétéria du regard. Il n’y avait pas beaucoup de monde, c’était très silencieux. Si ce n’était les plaintes du gérant concernant l’absence d’une de ses serveuses. Ça durait depuis dix minutes déjà.

Sam demanda finalement un sandwich à emporter pour ce midi et sortit de la cafétéria.

.oO°Oo.

La journée était passée très rapidement. Sam avait passé le plus clair de son temps au garage à s’occuper de la voiture. Il avait finalement engagé la conversation avec Tom. Quelqu’un de gentil et de drôle. Sam avait eu la surprise de constater qu’il lui était difficile d’avoir une véritable conversation. Lui qui avait été si sociable, avait aujourd’hui du mal à parler avec les autres. Depuis plus d’un mois maintenant, il n’avait pas eu de vrais contacts. Il semblerait que ce ne soit pas aussi inoubliable que pour le vélo… Heureusement pour lui, Tom était bavard. Peut-être trop. C’est ce qu’il se dit lorsque la fin de journée arriva.

 

« Je crois que ça suffit pour aujourd’hui.

- Je suppose que je vous revoie demain ?”

Il acquiesça avant de lui tourner le dos et de s’enfoncer dans la ville pour une nouvelle promenade. Trop tôt pour rentrer. Trop tôt pour le bar.

Sam s’étonna une seconde de la normalité de cette journée.

.oO°Oo.

Dakota n’était pas de service ce soir visiblement. Il ne savait pas s’il devait s’en réjouir ou non. Pas qu’il voulait absolument la revoir. Elle lui avait juste fait une forte impression.

Sam ferma la porte avec le pied avant de s’écrouler sur le lit de Dean. Il respira une longue bouffée de l’oxygène alentour. L’odeur de son frère l’apaisa et il ferma les yeux. Encore ce soir, il espérait rêver de lui, mais il ne se faisait pas d’illusions. La nuit serait courte.

Et demain serait sûrement un mardi. Comme aujourd’hui finalement. Il se trouvait presque ridicule d’avoir cru sortir de la boucle schématique qui s’était imposée à lui.

.oO°Oo.

Ce matin, la cafétéria était un peu plus remplie que la veille. Sam trouva une explication à l’aide du journal : hier avait été un dimanche. Il perdait totalement la notion des jours.

Quand finalement une serveuse se décida à venir prendre sa commande, il n’en crut pas ses yeux.

« Vous prenez quoi ?

- Dakota ? »

Elle leva les yeux de son bloc note. Elle sembla réfléchir un instant avant de sourire.

« Hey, Sam.

- Tu ne travailles plus au bar ? 

- Je fais plusieurs petits boulots en même temps. J’essaie de couper le cordon avec mon père.

- Je vois. Je ne t’ai pas vue hier. C’était toi la serveuse absente ?

- Ce conard s’est encore plaint ? »

Elle leva les yeux au ciel, l’air agacé, avant de se tourner vers le comptoir. Un homme gras et chauve la surveillait. Elle lui adressa un sourire forcé avant de se retourner vers Sam qui ne perdait rien de ses gestes.

« C’était mon anniversaire.

- Joyeux anniversaire.

- Merci. Euh… Je dois bosser sinon je vais me faire virer alors… 

- Bien sûr. Un… Un café et une tarte aux pommes, s’il te plaît. »

Elle nota rapidement la commande avant de retourner à son travail. Sam la suivit du regard. Ses cheveux la fascinaient toujours, même sobre. Quand elle lui apporta sa commande, il tenta d’attirer son attention avant qu’elle ne lui tourne complètement le dos.

« Tu finis à quelle heure ? Je t’invite à déjeuner ? »

Sam ne savait pas pourquoi il agissait comme ça.

Elle se tourna vers lui en soupirant mais quand elle croisa son regard, une lueur de sympathie brilla dans ses yeux.

« Ecoute Sam… T’as l’air d’être un type cool, sympa et tout ça, mais… La nuit dernière, c’était juste… Comme ça, ok ? Ça n’arrivera plus. »

Elle lui tourna le dos et Sam ne sut pas quoi dire. Il n’avait plus l’habitude de se faire refouler. Même si passer la nuit avec elle n’avait pas été son principal moteur. Dans cette optique, Dakota avait été comme toutes les autres. Ce qu’il voulait vraiment d’elle, il ne le savait pas lui-même. Mais quelque chose chez cette fille le troublait. Elle l’éveillait. Ce soir-là, il avait rit. Pour la première fois depuis longtemps. Ça se comptait peut-être même en années. Ça faisait du bien et ça lui avait manqué.

Et il voulait recommencer.

Une fois qu’il eut terminé son petit déjeuner – qu’il mangea sans rechigner – il laissa un pourboire et quitta la cafétéria.

.oO°Oo.

L’Impala l’attendait. Le travail ne semblait pas avancer. Sam n’était pas aussi doué que son frère pour ces choses-là. Si Dean avait été là, ils seraient déjà sur la route à cette heure.

Si Dean avait été là, l’Impala n’aurait jamais été dans cet état.

Encore aujourd’hui, pour s’occuper, il imaginait Dean lui faire des reproches. Il y avait quelque chose de dérangé là-dedans. Mais la journée passait plus vite. C’était comme si Dean était dans sa tête, finalement. Encore une fois, ça ne devait certainement pas être très naturel. Tom venait lui proposer une aide qu’il refusait toujours mais il acceptait ses conseils, se disant que Dean préférerait que le travail soit bien fait.

Quand il jeta un œil à sa montre, il était midi passé.

Et le monde semblait tourner sans lui, comme chaque jour.

.oO°Oo.

Sam se trouva bête.

Il attendait devant la cafétéria et il n’était même pas sûr que Dakota y travaille encore à cette heure-ci. Un regard sur sa montre lui indiqua qu’il patientait depuis dix minutes.

Elle n’avait rien de bien spécial. La magie de cette nuit s’était dissipée. Il se sentait comme d’habitude. Mais la liberté et la paix qu’il avait éprouvées étaient comparables à ce qu’il ressentait en portant les vêtements de Dean, en se rasant avec la mousse de Dean, en mettant l’eau de toilette de Dean… Une paix dont il était dépendant. Terriblement.

Sam avait besoin d’aller mieux.

Est-ce que le réaliser était le début de la guérison ?

La porte de la cafétéria s’ouvrit brutalement près de lui, le sortant de ses pensées. Dakota apparut, un peu contrariée.

 « Hey, tu vas me faire virer à faire le pied de grue devant mon lieu de travail !

- Désolé mais…

- Je t’ai dit de ne pas insister. »

Elle alla retourner dans la cafétéria mais cette fois, il trouva quoi dire pour la retenir.

« Je sais de quoi ça à l’air, mais… Hier soir, je me suis amusé, plus que je n’osais l’imaginer et… tu… c’est pas la partie dans la chambre que je veux recommencer. »

Elle se tourna lentement vers lui, une moue de réflexion au visage. Après un silence, elle lui sourit ironiquement.

« Qu’est-ce que tu attends de moi ? Tu ne veux pas me baiser, alors tu veux qu’on soit copines ? »

Sam ricana en se mâchonnant la lèvre inférieure. Il baissa les yeux pour éviter qu’elle ne voie la faiblesse dans son regard.

« Je… J’ai perdu quelqu’un que j’aimais et j’ai besoin de… Je ne sais pas… De…

- De l’accepter ? »

Il leva vivement la tête et la dévisagea.

Accepter. S’agissait-il de ça, finalement ?

« Je ne suis pas assistante sociale ou une putain de psychologue, je regrette. Je ne suis que cette pauvre serveuse qui a profité du pauvre ivrogne que tu es en train de devenir, parce qu’elle n’avait pas envie de rentrer chez elle. Je crois que tu vas dans la mauvaise direction. »

Sam se sentait mal à l’aise. Elle avait certainement raison. Sans qu’il ne sache vraiment ce qu’il avait attendu d’elle, il était déçu. Il lui sourit et s’apprêta à retourner à sa vie. Solitaire et brisé.

Mais à peine quelque pas, et la voix de Dakota s’éleva.

« J’ai envie de frites avec un bon steak ! »

Sam n’eut pas le temps de se retourner qu’elle était déjà dans la cafétéria. Il voyait à travers les vitres qu’elle allait à l’arrière. Elle réapparut rapidement avec son manteau et une autre serveuse qui la suivait de près. En sortant, elle marchait rapidement et lui prit le bras pour continuer le chemin qu’il avait entamé, sans lui laisser le temps de mettre les choses au clair.

« J’ai du temps à perdre. Je crois que jouer les putains de psychologues pour un pauvre ivrogne, ce n’est pas une si mauvaise façon de l’occuper. »

Sam sourit malgré lui alors que comme la veille, elle l’entraînait à son rythme irrégulier dans les rues de la ville. Le soleil hivernal de midi brillait d’une lumière aveuglante dans le bleu du ciel, annonçant une belle journée.

.oO°Oo.

« Un steak/frites. N’oublie pas la sauce, cette fois. »

Dakota l’avait emmené dans un restaurant où elle venait souvent, d’après ce qu’il pouvait en juger. Elle avait travaillé ici l’année dernière.

« Je n’y manquerai pas… Et pour ton copain ? » 

Sam fit mine de réfléchir en parcourant la carte. La vérité est qu’il n’avait pas faim. Mais vraiment pas.

« Euh… la même chose. 

- Ok. »

La serveuse nota la commande avant de s’évanouir dans les cuisines. En attendant leur plat, elle leur offrit une bière en disant que c’était sa tournée.

« T’as de la chance que je sois de bonne humeur. Je ne suis pas du genre à venir en aide à la veuve et l’orphelin. C’est juste que je t’aime bien… Et puis j’ai le droit à un repas gratuit.

- Si ça te dérange, tu n’es pas obligée.

- Justement, obligée de quoi ? Tu ne le sais pas toi-même. »

A la tête qu’il fit, elle devina qu’elle tapait dans le mille. Ça la fit rire.

« Je dois t’avouer que tu m’intrigues. Tu n’as rien à voir avec les mecs que j’ai rencontrés. T’es un peu paumé dans ton genre, mais au moins avec toi, j’ai rien à craindre. Je ne crois pas que tu sois une pédale, après ce qu’il s’est passé – et ça s’est plutôt super bien passé, je t’assure – mais tu n’as pas non plus l’air d’un sociopathe.

- J’admire ton franc-parler. 

- C’est ma principale qualité. »

Ils échangèrent un regard et elle sourit avant de boire sa bière. Sam fut étonné de la voir descendre sa chope cul sec. Quand elle eut fini, elle essuya sa bouche du revers de la main. Ça le fit sourire. Elle avait des manières étranges et rien de commun. Le changement. C’est certainement de ça dont il avait besoin.

« Tu comptes rester combien de temps ?

- Je ne sais pas, tout dépendra du temps que je mettrais pour réparer ma voiture.

- Je vois. »

Leur serveuse leur apporta leurs plats en leur souhaitant un bon appétit. Dès le moment où l’assiette fut sur la table, Dakota se jeta sur les frites.

« Je pourrais m’y habituer, fais attention.

- A quoi ?

- Me faire offrir mon déjeuner tous les jours jusqu’à ce que tu partes.

- Ok.

- Quoi « ok » ?

- On le fait. Je viens te chercher tous les midis et on mange ensemble. »

Dakota mâcha lentement sa frite tout en réfléchissant. Elle le fixait, se demandant s’il plaisantait ou non. Quand elle eut terminé sa bouchée, elle prit son couteau et sa fourchette pour attaquer le steak.

« Tu sais quoi ? T’es trop bizarre, mais c’est ok. »

Sa réponse arracha un sourire à Sam. Il se sentait reconnaissant envers cette fille qui ne le connaissait ni d’Adam ni d’Eve, mais qui se pliait à sa volonté en échange d’un steak et de quelques frites.

« Tu ne finis pas ? »

Sam n’avait pas touché à son assiette. Il mangea une frite avant de s’enfoncer dans son fauteuil.

« Eh bien… Sers-toi. »

Il ne fallut pas lui répéter, elle s’empara de son assiette pour la vider dans la sienne.

« J’adore les frites. »

Sans savoir vraiment pourquoi, Sam éclata de rire. Elle lui lança un regard étrange avant de sourire en finissant son plat.

Il y avait comme un peu de couleur et de vie dans le monde de Sam aujourd’hui.

.oO°Oo.

Après manger, Sam raccompagna Dakota jusqu’à la cafétéria. Elle marcha un peu plus rapidement que les dernières fois. Elle était en retard et son patron n’allait pas se gêner pour la sacquer. Surtout si elle se pointait avec un mec. C’est ce qu’elle lui dit avant de le laisser au coin de la rue, hors de vue de ses collègues. Après quelques pas, elle fit demi-tour. Elle l’empoigna par le col pour l’obliger à se baisser, car il était trop grand pour elle, et lui déposa un rapide baiser sur la joue avant de filer, lui adressant un beau sourire. Un « à ce soir » enjoué lui fut adressé avant qu’elle ne disparaisse derrière les portes vitrées.

Quand elle l’eut quitté, Sam sentit tout de suite la réalité le frapper de plein fouet. Il était enchaîné à quelque chose et maintenant que personne ne le guidait dans la rue, il marchait lourdement, traînant sa douleur.

Mais ce coup-là n’était rien en comparaison à celui qu’il prit en levant les yeux.

Un homme traversa la rue, visiblement de bonne humeur. Un homme aux cheveux blonds foncés. Cet homme passa à côté de lui sans lui adresser un regard. Sam ne pouvait pas le quitter des yeux.

Dean ?

Sam aurait voulu courir.

Sam aurait voulu crier.

Sam aurait voulu réagir.

Mais Sam resta sur le trottoir sans pouvoir faire quoi que ce soit.

.oO°Oo.

…To Be Continued…

.oO°Oo.

Hi, I’m Dreamcatcher and I’m very glad to share my dreams with you (en)

Hi, I’m DREAMCATCHER. 21year-old. Fanfiction writer. I’m a big fan of SUPERNATURAL. You know. Eric Kripke. Jensen Ackles. Jared Padalecki. Demons, angels, spirits… Antechrists. Jensen Ackles played one, did you know that? Jake Gray. DEVOUR (2005). Does that ring a bell? Well, it doesn’t really matter because I’m gonna introduce him to you. After that, think about it: 

What if Sam met Jake when Dean wasn’t around?

Here are stories about how Sam met Jake. Because there isn’t just only one story of course ;]  

DAYDREAM 

1 ~ 2 ~ 3 ~ 4 ~ 5 ~ 6 ~ 7 ~ 8 ~ 9 ~ 10 ~ 11 ~ 12 ~ 13 ~ 14 

Genre: Crossover (SPN/DEVOUR), Gen, Romance, Angst. 

Pairing/Characters: Sam/Jake, Sam/Dakota, Dakota, Connie, Jake, Ruby, Sam.

Rating: NC-17

Summary: After Dean’s death, Sam tried everything to bring him back to no avail. Growing more and more desperate and throwing himself wholeheartedly into hunting, he starts losing his mind when alcohol doesn’t help anymore. Until the day he arrives in a small town called Cheever Lake. 

Notes: 

- The story takes place between season 3 and 4 of Supernatural (it is to be seen as a sort of interlude) and before Devour. Even if I draw some inspiration from what we learn about Sam’s life in season 4 while Deans was in Hell, there is no spoil. It is therefore not necessary to have seen this season.

- Moreover, there is no need to have seen Devour in order to understand what’s going on in this fic. For those of you who have seen it and didn’t like it, it doesn’t mean you can’t read this fic: the movie’s flaws don’t appear (the supernatural events have not taken place yet and the characters have been widely detailed).

~

FRGMNT.

01 ~ 02 ~ 03 ~ 04 ~ 05 ~ 06 ~ 07 ~ 08 ~ 09 ~ 10 ~ 11 ~ 12 ~ 13 ~ 14 ~ 15

16 ~ 17 ~ 18~ 19 ~ 20 ~ 21 ~ 22 ~ 23 ~ 24 ~ 25 ~ 26 ~ 27 ~ 28 ~ 29 ~ 30

Genre: Crossover (SPN/DEVOUR), Angst, Romance, Death, Incest

Pairing/Characters: Sam/Jake, Sam/Dean

Rating: PG-13

Summary: The first part JAKE is an anthology of the days when Sam lives with Jake, after Dean died. The second part DEAN is based on the relationship between the Winchesters brothers, after Jake and after Hell. Sam’s waiting for his brother while Dean doesn’t know how make him realize he came back. 

Notes: 

- AU Supernatural season 4

- Who is Jake? This is the character Jensen played in DEVOUR. He’s an antichrist and was brought up by humans. He doesn’t know his true kind. In the movie, his evil mother wants him to join her in the darkness and she kills his adoptive parents and his friends to convince him. Even when he lost everything that binds him to this life, he wants to remain human. She’s posing him as murderer to punish him. There are fragments of this life Sam shared with Jake, before the movie. When Dean comes back, Jake is confined in a mental institution because his mother made him loose his mind.

- Some are part of SAM. There are introductions and transitions.

- This is not about Supernatural. This is about weakness and fragility of mankind, about pain and regrets resulting from Freudian slips

- Before someone points it to me, this whole fanfiction is based on Seina Rin [IDEA]’s doujinshi of Full metal Alchemist, so you obviously can find some passages which are alike. Living will, Metamorphosis and Planetarium left a so intense impression to me that I compelled to do the same. 

- The point is everybody is in pain. First, Sam is in pain because he’s with Jake while his brother is in hell and then he’s in pain because Dean isn’t Jake. Jake is in pain because he loves Sam who see his brother’s substitute in him. Dean is in pain because Sam lives in the memory of Jake.

IDENTITIES

[COMING SOON]

Genre: MEGACrossover, Gen, Romance, Angst, Brotherly love.

Characters: (DEVOUR) Jake, Dakota, Connie, Marisol, (Dark Angel) Ben, Alec, Max, Logan, Rachel, (Smallville) Jason, Lana, Genevieve, Lex, (My Bloody Valentine) Tom, Sarah, Alex, (SPN) Dean, Sam, John, Bobby, Lisa, Ben.   

Rating: PG-13

Summary: So many lives by the same mind. So many people loved in the pain. Only one truth.Where stop the dream? Where starts the reality?  What is the difference between fantasy and insanity? This is the story about a man who doesn’t care about limits of imagination. A man who travels in every possibles existences, looking for his identity. Until he find a way to live with himself.

Notes: 

- Jake’s dreams are lives of Jensen’s characters.

- However, this fanfiction takes place one year after DEVOUR.

Hi, I’m Dreamcatcher and I’m very glad to share my dreams with you (fr)

Hey ! Je suis le Dreamcatcher. 21ans. Auteure de fanfiction. Je suis une grande fan d’une série : SUPERNATURAL. Vous connaissez n’est-ce pas ? Eric Kripke. Jensen Ackles. Jared Padalecki. Des démons, des anges, des esprits… des antéchrists. Jensen Ackles en a joué un, vous le saviez ? Jake Gray. DEVOUR. Ca vous parle ? Bref, c’est pas vraiment important parce que je vais vous le présenter. Quand ce sera fait, pensez-y: 

Et si Sam avait rencontré Jake après la disparition de Dean ?

Voici les histoires qui racontent comment Sam a rencontré Jake. Parce que il n’y en a pas qu’une seule, évidemment ;]

DAYDREAM

1 ~ 2 ~ 3 ~ 4 ~ 5 ~ 6 ~ 7 ~ 8 ~ 9 ~ 10 ~ 11 ~ 12 ~ 13 ~ 14 

Genre : Crossover (SPN/DEVOUR), Gen, Romance, Angst. 

Pairing/CharactersSam/Jake, Sam/Dakota, Dakota, Connie, Jake, Ruby, Sam.

Rating NC-17

Résumé : Après la mort de Dean, Sam a tout essayé pour le ramener. En vain. Sombrant lentement dans le désespoir et se jetant à corps perdu dans la chasse, il commence à perdre la raison, la période où l’alcool pouvait l’aider étant révolue. Jusqu’au jour où il atterrit dans une petite ville appelée Cheever Lake. 

NDA :     

- L’histoire se déroule entre la saison 3 et 4 (c’est une sorte d’interlude) et avant DEVOUR. Même si je m’inspire de ce qu’on découvre dans la saison 4 sur la vie de Sam pendant que Dean était enfer, je ne fais aucun spoil, il n’est donc pas indispensable d’avoir vu cette saison.

- Vous n’êtes pas obligé d’avoir vu Devour pour comprendre. Pour ceux qui l’ont vu et qui n’ont pas aimé pour X raisons, ça ne vous empêche pas de lire, puisque les défauts qu’on lui trouve et généralement énumérés ne se trouvent pas dans cette fiction (le côté surnaturel n’étant absolument pas présent et les personnages largement approfondis par mes soins.)

~

FRGMNT.

01 ~ 02 ~ 03 ~ 04 ~ 05 ~ 06 ~ 07 ~ 08 ~ 09 ~ 10 ~ 11 ~ 12 ~ 13 ~ 14 ~ 15

16 ~ 17 ~ 18~ 19 ~ 20 ~ 21 ~ 22 ~ 23 ~ 24 ~ 25 ~ 26 ~ 27 ~ 28 ~ 29 ~ 30

Genre : Crossover (SPN/DEVOUR), Angst, Romance, Death, Incest

Pairing/Characters : Sam/Jake, Sam/Dean

Rating PG-13

Résumé : Recueil d’Oneshots. La première partie JAKE retranscrit des morceaux de la vie quotidienne de Sam après la mort de son frère, quand il vivait chez Jake. La seconde partie DEAN est basée sur la relation entre les frères Winchester, après Jake et après l’enfer. Sam attend son frère tandis que Dean ne sait plus quoi faire pour lui faire réaliser qu’il est revenu. 

NDA : 

AU saison 4

Qui est Jake ? C’est le personnage qu’interprète Jensen dans DEVOUR. C’est un antéchrist, qui a été élevé par les humains, il ne connaît pas sa vraie nature. Dans le film, sa mère démoniaque veut qu’il la rejoigne dans les ténèbres et pour le convaincre de partir avec elle, elle tue ses amis et ses parents adoptifs. Mais même en ayant perdu tout ce qui le rattachait à cette vie, il décide de rester humain. Pour le punir, elle le fait passer pour le meurtrier. Ici, les fragments de la vie que Sam a partagée avec Jake se passent avant le film. Mais lorsque Dean revient, Jake est enfermé dans un asile, les évènements dont est responsable le démon l’ayant fait perdre la raison.

- Certains OS sont sous le nom de SAM. Ce sont des espèces d’introductions ou de transitions.

- Ce coup-ci je mets carrément l’intrigue de Supernatural à la corbeille. Ce sont de petits morceaux de vies, alors ils pourraient se greffer à la saison 4 de SPN, si on veut. Inutile que je me prenne la tête, puisque je veux me concentrer sur la fragilité de l’homme et la souffrance et les regrets qu’apporte un acte manqué. 

- Avant qu’un petit malin me fasse la remarque, cette fanfiction entièreest basée sur les doujinshi de FullMetal Alchemist signés IDEA (Seina Rin), alors il est normal qu’on retrouve quelques passages qui y ressemblent. L’impression qui m’est restée après avoir lu Living will, Metamorphosis et Planetarium était si forte et inhabituelle que je me sentais obligée d’écrire quelque chose de semblable. 

- L’idée est que tout le monde souffre xD Nous avons Sam qui souffre en premier lieu parce qu’il est avec Jake alors que son frère est en enfer, puis il souffre parce que Dean n’est pas Jake. De son côté, Jake souffre parce qu’il aime Sam qui ne voit en lui qu’un substitut de son frère. Quant à Dean, il souffre parce que Sam vit dans le souvenir de Jake.

- Ecrire cette fic était quelque chose de satisfaisant et particulièrement frustrant en même temps. J’ai trouvé ça super malsain, sachant que je n’arrêtais pas de penser à ça (je suis du genre obsessionnel xD). Mais j’aime le résultat et je suis impressionnée d’avoir écrit 13000 mots en deux jours. Ce qui souligne ma frustration, parce que plus j’écrivais, plus j’avais besoin d’écrire. Passons. C’était une expérience pas commune et je voudrais partager le résultat de mon obsession avec vous. Merci de laisser vos impressions. 

IDENTITIES

[COMING SOON]

Genre : MEGACrossover, Gen, Romance, Angst, Brotherly love.

Characters : (DEVOUR) Jake, Dakota, Connie, Marisol, (Dark Angel) Ben, Alec, Max, Logan, Rachel, (Smallville) Jason, Lana, Genevieve, Lex, (My Bloody Valentine) Tom, Sarah, Alex, (SPN) Dean, Sam, John, Bobby, Lisa, Ben.   

Rating : PG-13

Résumé : Tant de vies façonnées par le même esprit. Tant de personnes à aimer dans la douleur. Mais une seule vérité. Où s’est arrêté le rêve ? Où a commencé la réalité ? Quelle est la différence entre le fantasme et la folie ? C’est l’histoire d’un homme pour qui les limites de l’imaginaire n’existent pas. Un homme qui parcourt toutes les existences possibles à la recherche de son identité. Jusqu’à ce qu’il trouve une façon se vivre avec lui-même.

NDA :

- Les rêves de Jake se déroulent pendant le temps que Jensen apparaît dans certaines séries et pendant certains films : il vit en temps réel les vies de ces personnages.

- Cependant, l’intégralité de la fanfiction se passe un an après les évènements de DEVOUR


FRGMNT. C02 (fr)

FRGMNT.

Genre : Crossover (SPN/DEVOUR), Angst, Romance, Death, Incest

Pairing/Characters : Sam/Jake, Sam/Dean

Rating PG-13

Résumé : Recueil d’Oneshots. La première partie JAKE retranscrit des morceaux de la vie quotidienne de Sam après la mort de son frère, quand il vivait chez Jake. La seconde partie DEAN est basée sur la relation entre les frères Winchester, après Jake et après l’enfer. Sam attend son frère tandis que Dean ne sait plus quoi faire pour lui faire réaliser qu’il est revenu. 

NDA : 

AU saison 4

Qui est Jake ? C’est le personnage qu’interprète Jensen dans DEVOUR. C’est un antéchrist, qui a été élevé par les humains, il ne connaît pas sa vraie nature. Dans le film, sa mère démoniaque veut qu’il la rejoigne dans les ténèbres et pour le convaincre de partir avec elle, elle tue ses amis et ses parents adoptifs. Mais même en ayant perdu tout ce qui le rattachait à cette vie, il décide de rester humain. Pour le punir, elle le fait passer pour le meurtrier. Ici, les fragments de la vie que Sam a partagée avec Jake se passent avant le film. Mais lorsque Dean revient, Jake est enfermé dans un asile, les évènements dont est responsable le démon l’ayant fait perdre la raison.

- Certains OS sont sous le nom de SAM. Ce sont des espèces d’introductions ou de transitions.

- Ce coup-ci je mets carrément l’intrigue de Supernatural à la corbeille. Ce sont de petits morceaux de vies, alors ils pourraient se greffer à la saison 4 de SPN, si on veut. Inutile que je me prenne la tête, puisque je veux me concentrer sur la fragilité de l’homme et la souffrance et les regrets qu’apporte un acte manqué. 

- Avant qu’un petit malin me fasse la remarque, cette fanfiction entièreest basée sur les doujinshi de FullMetal Alchemist signés IDEA (Seina Rin), alors il est normal qu’on retrouve quelques passages qui y ressemblent. L’impression qui m’est restée après avoir lu Living will, Metamorphosis et Planetarium était si forte et inhabituelle que je me sentais obligée d’écrire quelque chose de semblable. 

~

.oO°Oo.

F R A G M E N T.

JAKE

M O R N I N G.

.oO°Oo.

Le ciel était blanc. Il faisait froid. Le sol était blanc, lui aussi. Sam ne saurait pas quoi faire de son corps au milieu de ce blanc. Son corps souillé. Son corps brisé. Au milieu de tout ce blanc, il sentirait comme l’air était froid et comme son sang était chaud. Chaud dans ses veines. Son sang souillé. Sam avait peur de toucher le blanc de la neige froide. S’il le faisait, deviendrait-elle rouge sous ses doigts ?

Le sang de Dean.

Sam se lavait les mains très souvent. Sam avait toujours froid. Mais ses mains étaient toujours souillées et chaudes du sang de Dean. Lorsqu’il fermait les yeux, il pouvait sentir l’absence de son pouls sous ses doigts. Lorsqu’il fermait les yeux, il pouvait entendre l’absence du son de sa respiration. Lorsqu’il fermait les yeux, il pouvait voir l’absence de vie dans son regard.

Sam ne dormait plus beaucoup.

Sam avait toujours froid.

Sam était toujours souillé de l’intérieur.

Parfois, le sang était tout ce qui lui restait.

« A quoi tu penses ? »

Sam baissait les yeux mais ne se retournait jamais vers lui.

Jake.

Sam vivait chez Jake depuis quelques temps. Jake était un jeune homme attachant et compréhensif. Jake était un jeune homme doux et chaleureux. Jake était un jeune homme généreux et drôle.

Jake était Dean.

Jake n’était pas Dean comme Sam était comme Dean. De la même manière, Jake était comme Sam. Mais lorsque Jake était comme Dean, il n’y avait pas de ressemblance. C’était une certitude, une preuve physique de l’existence des mystères les plus grands. Sam était ici pour cette raison. Le temps qu’il avait passé ici se comptait en semaines ou peut-être en mois.

Jake avait le visage de Dean.

Jake était juste Dean.

« A rien. »

Jake lui souriait gentiment. Tristement. Jake comprenait. Il ne savait pas tout. Il ne savait pas à quel point son existence était une abomination, une sentence, une malédiction, une chance, une abdication. Tout et rien en même temps. Bon et mauvais en même temps. Jake était une fuite de la réalité. Jake était une réfutation des lois naturelles. Jake était la preuve du sens de l’humour et du sadisme de Dieu.

Jake était un miracle.

« Tu viens prendre le petit-déjeuner ? J’ai fait des pancakes. »

Sam ne répondit pas tout de suite. Son regard toujours perdu dans l’horizon blanc. Il ouvrit la bouche mais les mots ne vinrent pas. Il avait envie de se tourner vers lui et de voir son visage. Mais ça déclencherait en lui des sentiments qui l’encombraient.

Les sentiments qui l’envahissaient lorsqu’il le voyait étaient tellement injustes.

« Non, je passe. Je dois aller à la librairie.

- Si tôt ?

- Oui. »

Sam ne donna pas d’autres explications. Jake n’en avait pas besoin. Sam non plus. Alors il quitta enfin la fenêtre des yeux et sortit de la pièce. Il n’adressa pas un regard à Jake. C’était plus facile parfois. Pour lui. Pour Jake aussi. Jake savait. Il ignorait tout mais ça, il le savait.

Parfois Sam s’imaginait que Jake savait ce que lui-même ignorait.

Sam mit ses chaussures dans l’entrée et enfila son manteau. Il ouvrit la porte mais avant qu’il ne soit dehors, Jake le rattrapa.

« Mets une écharpe ou tu vas attraper froid. »

Jake lui enroula l’écharpe autour du cou. Sam le laissa faire. Au final, il croisa son regard. C’était difficile. Pour lui. Pour Jake. Parce que Jake savait que ce n’était pas lui qu’il voyait. Sam se demandait chaque matin pour quelles obscures raisons Jake le gardait chez lui. Pourquoi Jake laissait cet étranger lui faire du mal, rien qu’en un regard. Mais ses questions n’avaient aucun sens, aucune réponse.

Jake était simplement Jake.

« Merci.

- Passe une bonne journée… A ce soir. »

Parfois, les mots de Jake étaient douloureux. Pour lui. Pour Sam. Dans ce genre de situations, les petites certitudes qui forment le quotidien, comme le réveil sonnerait à six heures ou le journal serait sur le porche ou que Jake serait là, étaient balayées en trois petits mots. A ce soir. Ce n’était pas une certitude entre les lèvres de Jake. A ce soir. C’était une question. A ce soir. C’était une demande. Sam ne savait jamais quoi répondre. Il ne savait jamais s’il serait là le soir, dans cette maison. S’il reviendrait.

Parfois, les mots de Jake étaient démonstratifs de l’instabilité de leur relation.

Mais Sam rentrerait. Dans cet endroit que Jake appelait maison. Sam reviendrait. Demain, Sam se tiendrait exactement à cet endroit, en face de Jake. Sam se poserait les mêmes questions et Jake serait heureux.

Jake serait heureux parce que Sam avait été avec lui un jour de plus.

Chaque jour était une bataille pour Jake. Sam se demandait pourquoi il acceptait sa présence. Pourquoi il permettait à un étranger de le briser comme ça.

Malgré tout, Sam rentrerait.

Sam n’avait nulle part ailleurs où aller.

.oO°Oo.

F R A G M E N T.

.M O R N I N G

.oO°Oo.

DAYDREAM C01 (en)

DAYDREAM 

Genre: Crossover (SPN/DEVOUR), Gen, Romance, Angst. 

Pairing/Characters: Sam/Jake, Sam/Dakota, Dakota, Connie, Jake, Ruby, Sam.

Rating: NC-17

Summary: After Dean’s death, Sam tried everything to bring him back to no avail. Growing more and more desperate and throwing himself wholeheartedly into hunting, he starts losing his mind when alcohol doesn’t help anymore. Until the day he arrives in a small town called Cheever Lake. 

Notes: 

- The story takes place between season 3 and 4 of Supernatural (it is to be seen as a sort of interlude) and before Devour. Even if I draw some inspiration from what we learn about Sam’s life in season 4 while Deans was in Hell, there is no spoil. It is therefore not necessary to have seen this season.

- Moreover, there is no need to have seen Devour in order to understand what’s going on in this fic. For those of you who have seen it and didn’t like it, it doesn’t mean you can’t read this fic because the movie’s flaws don’t appear (the supernatural events have not taken place yet and the characters have been widely detailed).

For those who haven’t seen DEVOUR:

Jensen Ackles: Jacob Gray / Jake

Dominique Swain: Dakota Swan

Teach Grant: Conrad Dean / Connie

Jeremy Irons: Dakota’s father (I refer to the movie Lolita (1997) in which he acted the father of Dominique Swain’s character, Dolores (Lo) Haze in Lyne’s version of the movie. Again, you don’t need to know this movie. It’s just that for me, Dakota and Lo are very alike.

Alan Ackles: Paul Gray 

Wanda Cannon : Kathy Gray 

Finally, I’d like to say that this fic seems much more interesting to me if you haven’t seen Devour because it means that you’ll discover Jake’s world (when/if you watch Devour) through Sam’s eyes (and mine), in a Supernatural point of view, which isn’t a bad thing!

~

.oO°Oo.

Chapter 1

Broken Inside

The thinning line between
You and my sanity 
Is quickly fading 
Takes just a breeze to cause a storm 
It takes me to cause a tragedy 

~ Broken Iris ~

Sam Winchester

.oO°Oo.

Sam opened his eyes easily, as if he had just closed them. Yet there was light outside. The night was over.

Another one.

He didn’t know whether he should be proud of himself or crying.

He got out of the bed which wasn’t his and paced into the motel room which shouldn’t be his and entered the bathroom. The clothes on the floor didn’t belong to him. Their smell wasn’t his. He couldn’t remember what happened the day before… But he didn’t need to, after all.

He knew.

He showered, and then dressed feebly before picking up the things strewn over the floor and folding them neatly, as if he was scared of tearing them. He put them away in a bag which had been thrown on the other side of the room. When there was only a leather jacket left, he closed the bag and put it down near the bed where he slept but wasn’t his.

He left the room. The jacket stayed on the bed.

.oO°Oo.

The demon looked down on him. Yet he shouldn’t, because he was the one tied to a chair, captive inside a wide circle. Sam ignored this surge of pride. It made the possessed woman laugh.

"Why are you laughing?"

His voice had no intonation; he spoke in a monotonous way and stayed calm whatever happened. Because nothing affected him anymore.

Out of habit.

"Look at you, poor Sam Winchester without his protective big brother… You’re so pitiful."

He looked up from the exorcism preparation he was so focused on so far. From the outside, he could be described as calm. But in his eyes, something was screaming. The woman smiled proudly at that. Yet she shouldn’t, because she was the one tied to a chair in the middle of a circle from which she couldn’t escape.

Sam stopped what he was doing and approached her slowly. His footsteps reverberated, menacing, on the cold and wet floor of the cellar. He stepped into the circle. His calm facade only made him more dangerous. The look in his eyes was terrifying but the demon kept its scornful expression. Sam leaned over her, put his hands on her shoulders, in an almost friendly way. She shivered.

"What if I tortured you all night, after all? What if I injected holy water in your veins? What if I made you drink so much of it your stomach and organs would melt? What if I carved you up and put salt in your wounds? What if I burned you alive?"

The look of pure terror she gave him satisfied him and he smiled kindly at her.

His calculated body language, his soft voice, his friendly expression… Everything seemed so offbeat it became fearsome.

"Tell me, when all of this happens…"

His face came closer to hers, until he reached her ear, brushing her cheek. She was shuddering. Slowly, separating each syllable so she could hear him distinctly, he whispered.

"… Who’s gonna be the more pitiful of us?"

When he got no answer, he quickly got up without even a glance and went back to the exorcism. For the rest of the ritual, the demon didn’t say a word. Sam did, but only to pronounce sentences in Latin that wrenched yells from her.

Another job.

Another one without Dean.

He had lost count.

.oO°Oo.

Everything was spinning.

He stumbled and hit the wall. For a moment, he thought he was going to throw up. Everything seemed fuzzy. Everything seemed far away. He opened the door and – even if he knew – the room felt empty.

Atrociously empty.

Even if he knew it would be.

No matter how many drinks he’d had before deciding to go back to the motel, he could never forget that Dean wouldn’t be there, waiting for him. But he could forget the room number, where he parked the car, whether he had eaten or not, and even his name, sometimes. The only way to remember was to imagine Dean saying it.

Sammy.

Without Dean, there was no Sammy anymore. Without Dean, there was just Sam. Only Sam. He didn’t know who he was anymore. As if all these years spent with his brother defined who he was. Now that Sam was alone with his pain, he wasn’t sure about anything anymore. He doubted constantly himself.

Sam fell on the first bed that crossed his way. It wasn’t his, he was absolutely sure of it.

Dean’s smell.

It is the bed on which he put Dean’s jacket this morning. He was still used to taking rooms with two beds. Except that now, everything that was on the second one were his brother’s belongings.  He couldn’t bring himself to throw them away. Not now. Not when there was still a small hope that Dean would come back. Sam breathed in deeply and inhaled the permeated air. Yes, it was his smell.

Dean’s smell.

Sam found himself pricking up his ears trying to catch the soft snoring he was used to hearing at this hour of the night. But from now on, this room and all the following ones will be his rooms. Filled with silence.

Sam muffled a suffering moan in the pillow.

Still Dean’s smell.

But not enough

In a sudden burst of insanity, his body extirpated itself from the bed and he dug through the bag lying on the floor. It was dark but out of habit, he found what he was looking for. It was quick. Automatic reflex. There was only one thing he could understand as he fell on the bed.

Dean’s smell was everywhere.

On the sheets, on the pillow, on the jacket, on him… The tears were back and he sobbed.

It still wasn’t enough.

Where was Dean’s warmth?

Sam straightened up again, slipping the jacket on this time. A few minutes passed before he managed to calm down. Little by little, the item of clothing soaked in his warmth. But he still had this lump in his throat, this ache when he breathed.

It had been happening for a month.

Sam searching Dean’s presence desperately. It was worst at night. Solely because the day he was too busy looking for a way to bring him back. Just last night, he killed a Crossroads Demon who refused the deal. He had tried everything, every religion, every incantation, from voodoo to Satanism, praying every day to find a way. In vain, always in vain.

He would have liked for sleep to be his solace. But when his crying stopped at last so he could sleep, there was no dream, no big brother to make fun of him because he acted like a little girl.

Only darkness until the morning.

.oO°Oo.

Sam opened the door and the young woman who knocked stepped in, leaving him no time to realize who was disturbing him in the middle of the night. She took in the room before staring at him with her wide, black eyes. He closed the door before sitting on Dean’s bed. She had chosen the right time to come to him, right before he’d begun his daily fit. Fortunately. He would have lost the last of his pride if she’d seen him in such a state. She would have wanted to understand, to comfort him… Just the thought made him grind his teeth and he couldn’t help making a horrified grimace.

No matter what she said, he felt that her presence was a bad thing. It was wrong. What he did with her. But concerning this part of their relationship, he preferred to think that his act of revenge towards Lilith would be his redemption.

Ever since she saved him, when he was too drunk to defend himself, she’d been following him from afar. She had reiterated her offer and he had accepted it. At last. It was never too late to learn. He should have said yes the minute she asked him for the first time. When Dean was still alive. But today, there was no room left for misplaced pride. There is no such thing as black and white.

"Where have you been lately?"

Ever since, she came to him every third day. Sometimes she disappeared for a week. Truth be told, he hated her. She came and went as she liked. A word from her and he would be following her around, no questions asked. Wondering why was useless. It didn’t matter if she was using him because he was shamelessly using her. She wouldn’t be there except for that. Except for that.

And there is no way it could be for something else.

 ”You miss me?”

He didn’t answer. He hated the small flicker of hope in her voice and ignored it. With as much disdain as he could manage. He would have liked being able to do without her, but he needed what she gave him. Since Dean’s death, she was his only contact. For what it was worth.

She was nowhere near human.

"Dress up, we’re going out tonight."

A shiver traveled down Sam’s spine. He always hesitated before following her. A feeling of shame overcame him every time. From time to time, there was a gross, dreadful excitement… But all she had to do was smile and he understood. Her smile was a silent and constant reminder of why he did this.

As unnatural as it might appear.

Sam got up with difficulty. He hadn’t gone out to drink yet, but he had opened one or two vodka bottles. She didn’t say a word as she saw him staggering, trying to get ready. But the look she sent him was unbearable.

She could keep her demonic sympathy. She was only there to help him find peace

Ruby’s nothing else.

.oO°Oo.

To carry on without Dean was unbearable, even if he had experienced it before. Would it have been worse without the Trickster’s “lesson”?

Sam finally got up and left Dean’s bed. A quick look at his phone. He wasn’t surprised when he saw a dozen missed calls from Bobby and as many voice mails. The oldest was ten days old.

He no longer touched his phone.

It wasn’t worth it anymore. After three years on the road, Sam realized that he hadn’t managed to keep in touch with his Stanford friends. Without him noticing, little by little, he lost contact with this world he had suffered so much to reach. Month by month, Dean had become…

Everything.

Just like when they were little, when his big brother was the center of his restricted universe. For lack of a better father, Dean had been his hero, his model, the one he looked up to, his point of reference. And they had gone back to the same pattern. Sam had resented Dean because he was convinced it was what he’d wanted: his little brother back, to protect him, a reason to keep on going. But anger doesn’t heal any wounds. Especially this one. Just like before, Sam and Dean had been in a motel room and the big brother had been in the center. But today, the room seemed too big.

Sam got ready quickly before packing. The crossroad had been a dead end here too. How many more before he lost hope? He swung the bags over his shoulder and closed the door behind him, glancing one last time at the unmade bed. Once the bags were in the Impala’s trunk, he had lunch.

Out of habit.

The waitress chatted him up and he made the effort to flirt back. But she understood quickly that he wasn’t in the right mood. He ordered a coffee and a slice of apple pie.

Out of habit.

He barely touched it. He wasn’t easily hungry anymore. If he had something else on his mind, he could not eat for a few days. Ten minutes passed in silence, making his ears buzz. He asked for the check and went back to the car.

It is only when he got in that he became aware of it.

He was wearing Dean’s jacket and his aftershave.

.oO°Oo.

His head felt like it was on fire, his brain felt like it was melting. But the satisfaction he got from watching this demon scumbag suffer agonies helped him deal with his own pain. Ruby watched him. Hiding in the shadows like always. He felt her eyes on him, piercing through him. He never knew if her expression was one of self-satisfaction because her wish was his command or one of pride because he did well.

A black, thick smoke escaped from the captive demon. He tried to fight with great difficulty the forced extraction Sam inflected him with his mind. Just like Ruby taught him. But destroying a demon instead of sending him back to hell wasn’t easy. Far from it. Especially when he had too much alcohol in his blood. He rubbed his temple, trying to ease the headache. But the pain was too great, once again. Ignoring it for too long made it a hundred times worse when he was that exhausted. When he cut the psychic link he had with the demon, he let out a shout. He felt weak at the knees and fell. Ruby moved forward and sliced the demon’s throat. She knew that in the state Sam was in, he wouldn’t be able to do much more

Sam knew it too.

When the ache disappeared, he screamed his fury and his helplessness. His fist crashed on the wet floor but this pain felt more like a tickle compared to the one he endured. When would he succeed? He had to be able to crush a demon’s soul just by closing his fist if he wanted to find Lilith and destroy her… Maybe even torture her. To return her all the harm she had inflicted him. An eye for an eye.

He wondered nevertheless if it was even possible to reach such a great deal of pain.

Ruby approached him slowly and crouched down to be at eye-level. He put his head in his hands so she couldn’t see his tears. He felt her hand on his shoulder. It was cold. Her body was dead and the demon inside was nowhere near human. He swiftly got rid of her hand. He did not want her pity. Her pity or anything else. Especially anything else.

"Sam…

- Don’t touch me!”

He leaped to his feet and ran ‘till he reached the car. It wasn’t the Impala. There was no way he could have used Dean’s car when he did his thing with Ruby. It felt as if, when Dean would come back, he would sense something evil had been going on just by touching the wheel. Sam did not want to disappoint him. He knew it was wrong. That what Ruby was giving him wasn’t good. But he closed his eyes. He did this to get better.

He did this because Dean wasn’t there anymore.

Ruby had had the decency to wait ‘till he finished crying to show up. He had wanted to be disdainful towards her. He had gotten used to. But above all, it was because he thought if he hated her enough, the awfulness of his actions would be lessened. He hated her as much as he hated himself.

Yet, at this very moment, he was grateful.

"Next time will be the one. You’ve been making progress."

She was trying to comfort him, to cheer him up. She was always nice to him, except when he needed the record to be set straight. He hated this kindness.

Sometimes, it was too much like Dean’s.

.oO°Oo.

Two days later she reappeared but this time, the weakness he’d showed wearied off as soon as she opened her mouth.

"What?!"

He gave her a threatening look. He could have killed her this very second without even blinking because of what she’d said. But Ruby held her head high. She understood his reaction. But she didn’t have a choice. It was for his sake.

"We need to check the information, Sam. I am leaving for a few weeks only. It’s a big deal. I swear, you’ll thank me when I get back."

Thank her? How could he?

"You said that the next time would be the one! We are going now!

- You are even more drunk than usual! The only thing that’s gonna happen if we go tonight is you dying! I am not letting you get on the road to ruin! 

- It’s my business! You’re only there to supervise me! You sit, give some advice and watch! That’s all! Everything else is my own fucking business, damn it!

 - I said no, Sam.”

They glared at each other for a while, fighting for domination. Sam was panting, trying to contain his rage. When he understood there was nothing he could do to make her change her mind, he sighed angrily and sat down on Dean’s bed. Then, Ruby’s voice rang quietly. He would rather she’d been icy. She’d shouted at him. He would rather he’d been deaf.

"Sam… While I’m gone, don’t do anything, ok? If anything happens and I’m not there to help you, you could die. You wanna kill Lilith, don’t you?"

Sam did not answer. He stared at the ground. He was silently seething with anger. She read him too well, understood him too easily, and that he really couldn’t bear. She had no right.

She was nowhere near human.

"When I get back, we’ll go and kill as many demons as you want, but right now, I’m leaving and you’re going to sleep, ok? You look like shit."

She tried to stroke his cheek but he avoided her hand and gave her a look full of anger, hatred and disgust. His whole body was tense and he breathed heavily, holding back. For the first time, she lowered her gaze. Her hand dropped to her side and she tried to smile softly. How he hated it when she acted like that. So… human. Was it a game? He couldn’t tell. He hated feeling sorry for her at that moment, but she looked exactly like any woman would after being rejected. Except for the fact that she was no woman. Not at all.

She was just a demon.

Ruby left the room without a word or a glance. Once alone, Sam finished his already opened whiskey bottle.

.oO°Oo.

Another crossroad.

And still no clue about how to bring Dean back. No lead about where to find Lilith.

No comfort. No solace.

Just bitter deception and exhaustion.

.oO°Oo.

Another bar.

Beer, vodka, whiskey, tequila. Sometimes a pretty blonde to help him knock back his drinks quicker. Sometimes she’d kiss him, sometimes he’d brush her off.

Sometimes he’d fuck her.

Simply because it’s what Dean would have done.

.oO°Oo.

Another town.

He would forget its name in the blink of an eye. He was just passing through. A rumor about some woman bringing people back from the dead. It was another lie: just a manipulative reaper. It was another dead end and Sam couldn’t take it anymore.

It was like going backwards instead of forwards all over again.

 

It was another drunken night spent looking for Dean when all he was ever going to find was a creature to destroy.

.oO°Oo.

Day after day, job follows job, towns, bars and women the same everywhere. Without any update from Ruby. Sam felt trapped in a loop from which he couldn’t escape. Like a recurring Tuesday. Except that this time, no one was going to snap their fingers. Nothing was going to start over again.

.oO°Oo.

Sam did not sleep anymore.

He wasn’t really sure. In the evening, he would lie down and stare at the cracks in the ceiling of a shabby motel room, in the morning, he would open his eyes and see the same ceiling, be in the same position, the night lasting a minute, tops. He had rings under his eyes and looked awful, pale as a corpse. Even if he didn’t feel tired, his body often reminded him. It reminded him that he had needs.

It wasn’t before he nearly killed himself that he understood.

Slowly, he lost his concentration while driving the Impala. Slowly, the car veered off course to the other lane. Sam did not even hear the racket of the truck facing him. When he got back to his senses, he didn’t think and let go of the wheel, closed his eyes. Let himself die… He hadn’t even thought about it.

And yet, somewhere in a corner of his mind, something screamed.

Sammy

So he opened his eyes. His body did the rest, automatically. 

When Sam regained consciousness, he had embedded the Impala in a road sign. He sighed with anger. He had no time to lose. He got out of the car to take a look. No choice, he had to stay here for a while and fix the Impala. Like Dean taught him. He’d use the opportunity to take a room and sleep a little.

Sam glared at the sign saying « Welcome to Cheever Lake » before heading for the small town.

.oO°Oo.

…To Be Continued…

.oO°Oo.

FRGMNT. C01 (en)

FRGMNT.

Genre: Crossover (SPN/DEVOUR), Angst, Romance, Death, Incest

Pairing/Characters: Sam/Jake, Sam/Dean

Rating: PG-13

Summary: The first part JAKE is an anthology of the days when Sam lives with Jake, after Dean died. The second part DEAN is based on the relationship between the Winchesters brothers, after Jake and after Hell. Sam’s waiting for his brother while Dean doesn’t know how make him realize he came back. 

Notes: 

AU Supernatural season 4

Who is Jake? This is the character Jensen played in DEVOUR. He’s an antichrist and was brought up by humans. He doesn’t know his true kind. In the movie, his evil mother wants him to join her in the darkness and she kills his adoptive parents and his friends to convince him. Even when he lost everything that binds him to this life, he wants to remain human. She’s posing him as murderer to punish him. There are fragments of this life Sam shared with Jake, before the movie. When Dean comes back, Jake is confined in a mental institution because his mother made him loose his mind.

- Some are part of SAM. There are introductions and transitions.

- This is not about Supernatural. This is about weakness and fragility of mankind, about pain and regrets resulting from Freudian slips

- Before someone points it to me, this whole fanfiction is based on Seina Rin [IDEA]’s doujinshi of Full metal Alchemist, so you obviously can find some passages which are alike. Living will, Metamorphosis and Planetarium left a so intense impression to me that I compelled to do the same. 

- The point is everybody is in pain. First, Sam is in pain because he’s with Jake while his brother is in hell and then he’s in pain because Dean isn’t Jake. Jake is in pain because he loves Sam who see his brother’s substitute in him. Dean is in pain because Sam lives in the memory of Jake.

.oO°Oo.

F R A G M E N T.

SAM

C H A O S.

.oO°Oo.

What is the dream? What is the reality?

How can you make the difference when they blend so perfectly? The truth is you can’t distinguish dream and reality. Not in Sam’s situation. Time was an abstract notion which just slipped out now. Day and night, how does it matter? Sam would spend every day and every night in the darkness, deep in his brother’s blood, running after a fantasy so that the world could follow its course.

The Universe was upside down.

Sam could think about only one thing. Bring Dean back. Dean sold his soul for him. Dean was dragged away from life for weeks. Dean burned in Hell. Time was limited. But the limits were blurred. Sam lost track of time and then he stopped being overwhelmed by impatience and impulsion. Sam was silent and quiet. Sam was cold hearted. All Sam felt was shame and anger.

Sometimes, Sam felt disgust for himself.

For a few hours now, the Earth had been turning the wrong way. The Universe closed in on itself and the world would explode very soon. Sam was sure of it because, in the concrete and ordered reality, this would never have happened. It was impossible. Sam didn’t have the power to build. Sam only knew how to destroy.  The only dimension in which Sam had the right and possibility to realize a miracle like that would be in his dreams. Sam knew he didn’t deserve anything at all anymore. Dean was deprived of everything because of him. Sam should also be deprived of everything. Sam should also be deprived of life. Sam shouldn’t live. Sam didn’t live. Sam waited. Sam looked for something. Sam was… just was. Sam never felt. Never did Sam dare to cry for all this. Tears were far too noble for a being like him. Sam was nothing but dark, a dark hole sucking everything and everyone into chaos. The ones who’d love him would die. The ones who would know him would suffer. It was a curse. Marks of his sin were engraved on his soul. Sam didn’t think, didn’t believe, he knew.  He knew that he should continue to exist for one sole purpose. Bring Dean back.

But the universe was upside down.

Sometimes, Sam felt. Since a few hours ago, the world had withdrawn and reality didn’t obey any universal law anymore. The Universe was mystery. Life was cruel. Still, Sam asked for more. Sam accepted this challenge as he accepted any other and he dealt with it. God had a morbid and sadistic sense of humor. God was the child mocking him. God was the judge who sentenced him for eternity. God was the fate which brought him to this town after so many towns, among so many towns, and finally crushed him with his supreme punishment. Yet, Sam began to wallow in his own misery. Even Nature itself was defied but the world seemed to recover. Sam too. Sam hated the truth as much as he could depend on it. As much as he could love it. 

Sometimes, Sam’s disgust vanished and he saw another being which shouldn’t exist either.

The Universe was upside down.

“It’s a small bedroom, I know but… I think it’d suit you.”

Sam felt. It was nothing noble. Not a feeling like love, hope, relief. It was nothing like that or even anything close to it. Sam was merely a monster, a greedy and vain being that only could exist using others. Sam had forgotten it for a long time. For a few hours, this darkness that lived inside him had come back up and it seemed to bring him the greatest satisfaction. Sam could commit this atrocity again.

Sam would make this choice over and over again. Sam was weak. Sam still wanted to dream and hope; even if he wasn’t allowed to. The whole situation was an ultimate challenge. The point was him being here, with this man in this house. This was an abomination, an insult to nature, to reality. But Sam’s arrogance made the difference. Arrogance, this greedy and vain monster sleeping in his depth until this man appeared as if sent by God. Sent by the Devil. Sam didn’t care. Sam would accept every kind of punishment. Sam liked this one. An unhealthy and guilty pleasure. But it didn’t matter if he took advantage. It didn’t matter if he allowed the monster inside him to devour this man who let him in.

This being had nothing natural or real.

Things seemed too simple after all. The remains of respect he could have toward this individual obliged him to ask for reasons that made this barely twenty-year-old boy want to greet a monster like him, who would end up devouring him with his curse.

“Why?”

Words irritated his throat. How long didn’t he speak? Sam couldn’t tell anymore. The question was hard to swallow. Yet, the person he was talking to didn’t need to hear it. He knew it. Maybe he asked himself the same. Maybe he did not know the answer. Sam could accept it. Sam didn’t care about what it could be. He was here, in this house, in this bedroom. He didn’t know why. He agreed with that. It was a test. It was a mystery. It was a reality that had no reason to exist.

The Universe was upside down.

“I felt like we were alike. I know it’s crazy.”

Sam didn’t care about this answer. It had no reason to be either. This situation went against the Nature. Universal laws were messed up just because Sam was in this town, in this bedroom with this man.

“You? Why?”

The kid didn’t need to ask precisely what he wanted to know. Sam knew the question because he thought about it too. Maybe the answer was uncertain. Maybe Sam was clueless. Sam was content with agreeing to his punishment. Sam simply endured God’s humor, just and cruel. Sam liked to think of it as a challenge. Sam was in this house with this person and it seemed as natural as it was unnatural. The mystery was big. It was so big that Sam didn’t hope to solve it. Actually, it didn’t matter. It remained mystery and he would remain damned. This situation suited him.

What is the dream? What is the reality?

The dream was magnificent. When a dream. Sometimes, the dream became reality. Then reality became the dream.

The dream then became the nightmare one calls reality.

“Because I dreamt about you.

Jake.

If Sam had to describe Jake in a few words, it would be punishment, it would be hope, it would be mystery, it would be stupidity. But the first word that had come to mind when they met few hours earlier wasn’t a word one could utter without pain. Sam couldn’t do it anymore. He had no right to.

Dean.

If it was a test, then Sam failed.

The Universe was upside down.

But Jake was only one fragment of the chaos that would soon settle down.

.oO°Oo.

F R A G M E N T.

SAM

.C H A O S

.oO°Oo.

FRGMNT. C01 (fr)

FRGMNT.

Genre : Crossover (SPN/DEVOUR), Angst, Romance, Death, Incest

Pairing/Characters : Sam/Jake, Sam/Dean

Rating PG-13

Résumé : Recueil d’Oneshots. La première partie JAKE retranscrit des morceaux de la vie quotidienne de Sam après la mort de son frère, quand il vivait chez Jake. La seconde partie DEAN est basée sur la relation entre les frères Winchester, après Jake et après l’enfer. Sam attend son frère tandis que Dean ne sait plus quoi faire pour lui faire réaliser qu’il est revenu. 

NDA : 

AU saison 4

Qui est Jake ? C’est le personnage qu’interprète Jensen dans DEVOUR. C’est un antéchrist, qui a été élevé par les humains, il ne connaît pas sa vraie nature. Dans le film, sa mère démoniaque veut qu’il la rejoigne dans les ténèbres et pour le convaincre de partir avec elle, elle tue ses amis et ses parents adoptifs. Mais même en ayant perdu tout ce qui le rattachait à cette vie, il décide de rester humain. Pour le punir, elle le fait passer pour le meurtrier. Ici, les fragments de la vie que Sam a partagée avec Jake se passent avant le film. Mais lorsque Dean revient, Jake est enfermé dans un asile, les évènements dont est responsable le démon l’ayant fait perdre la raison.

- Certains OS sont sous le nom de SAM. Ce sont des espèces d’introductions ou de transitions.

- Ce coup-ci je mets carrément l’intrigue de Supernatural à la corbeille. Ce sont de petits morceaux de vies, alors ils pourraient se greffer à la saison 4 de SPN, si on veut. Inutile que je me prenne la tête, puisque je veux me concentrer sur la fragilité de l’homme et la souffrance et les regrets qu’apporte un acte manqué. 

- Avant qu’un petit malin me fasse la remarque, cette fanfiction entièreest basée sur les doujinshi de FullMetal Alchemist signés IDEA (Seina Rin), alors il est normal qu’on retrouve quelques passages qui y ressemblent. L’impression qui m’est restée après avoir lu Living will, Metamorphosis et Planetarium était si forte et inhabituelle que je me sentais obligée d’écrire quelque chose de semblable. 

- L’idée est que tout le monde souffre xD Nous avons Sam qui souffre en premier lieu parce qu’il est avec Jake alors que son frère est en enfer, puis il souffre parce que Dean n’est pas Jake. De son côté, Jake souffre parce qu’il aime Sam qui ne voit en lui qu’un substitut de son frère. Quant à Dean, il souffre parce que Sam vit dans le souvenir de Jake.

- Ecrire cette fic était quelque chose de satisfaisant et particulièrement frustrant en même temps. J’ai trouvé ça super malsain, sachant que je n’arrêtais pas de penser à ça (je suis du genre obsessionnel xD). Mais j’aime le résultat et je suis impressionnée d’avoir écrit 13000 mots en deux jours. Ce qui souligne ma frustration, parce que plus j’écrivais, plus j’avais besoin d’écrire. Passons. C’était une expérience pas commune et je voudrais partager le résultat de mon obsession avec vous. Merci de laisser vos impressions. 

.oO°Oo.

F R A G M E N T.

SAM

C H A O S.

.oO°Oo.

Qu’était-ce que le rêve ? Qu’était-ce que la réalité ?

Comment les différencier lorsqu’ils se mêlaient si parfaitement ? La vérité était que l’on ne pouvait pas départager les deux. Pas dans le cas de Sam. Le temps était une notion abstraite qui lui échappait à présent. Les jours ou les nuits, quelle importance ? Sam les passerait tous et toutes dans les ténèbres, baignant dans le sang de son frère, courant après une chimère afin que le monde retrouve son cours naturel.

L’univers était à l’envers.

Sam ne pensait qu’à une chose et ne pouvait penser qu’à une chose. Ramener Dean. Dean qui avait vendu son âme pour lui. Dean qui avait été arraché à la vie depuis quelques semaines. Dean qui brûlait en enfer. Le temps était compté. Mais le compte était abstrait. Sam avait perdu la notion du temps alors il avait cessé de se laisser happer par l’impatience et l’impulsion. Sam était silencieux et tranquille. Sam était insensible. Tout ce que Sam éprouvait encore était la colère et la honte.

Parfois, Sam éprouvait du dégoût pour lui-même.

Depuis quelques heures, la Terre tournait dans le mauvais sens. L’univers se refermait sur lui-même et bientôt le monde exploserait. Sam en était persuadé parce que dans une réalité concrète et ordonnée, ça ne serait jamais arrivé. C’était impossible. Sam n’avait pas le pouvoir de créer. Sam ne savait que détruire. La seule dimension dans laquelle Sam aurait le droit et la possibilité de réaliser un tel miracle, serait dans ses rêves. Sam savait qu’il n’était plus digne de quoi que ce soit. Dean était privé de tout par sa faute. Sam devrait l’être également. Egalement privé de vie. Sam ne vivrait pas. Sam ne vivait pas. Sam attendait. Sam cherchait. Sam était. Mais jamais Sam n’éprouvait. Jamais Sam n’aurait l’audace de pleurer pour tout ça. Les larmes étaient trop nobles pour un être tel que lui. Sam était un trou noir, un trou noir aspirant la vie dans le chaos. Tous ceux qui l’aimeraient mourraient. Tous ceux qui le connaîtraient souffriraient. C’était une malédiction. Les marques de son pêché se gravaient dans son âme. Sam ne pensait pas, il ne croyait pas, il savait. Il savait qu’il ne devait continuer à exister que pour une unique chose. Ramener son frère.

Mais l’univers était à l’envers.

Parfois, Sam ressentait. Depuis quelques heures, le monde se rétractait et la réalité n’obéissait pas aux lois universelles. L’univers était un mystère. La vie était cruelle. Sam en redemandait pourtant. Sam acceptait cette épreuve comme les autres et il s’en accommodait même. Dieu possédait un sens de l’humour morbide et sadique. Dieu était un enfant qui se moquait de lui. Dieu était un juge qui le condamnait pour l’éternité. Dieu était le destin qui l’avait amené dans cette ville, après tant d’autres, parmi tant d’autres, pour finalement lui imposer son châtiment suprême. Sam commençait pourtant à se complaire dans sa sentence. La nature elle-même était défiée mais le monde semblait s’en remettre encore. Sam aussi. Sam détestait la vérité autant qu’il pouvait en dépendre, autant qu’il pouvait l’aimer.

Parfois, le dégoût de Sam s’évanouissait et il voyait un autre être qui n’aurait pas du exister.

L’univers était à l’envers.

« C’est une petite chambre, mais ça devrait te convenir. »

Sam ressentait. Rien de bien noble. Aucun sentiment tel que l’amour, l’espoir, le soulagement. Rien de tout ça ou ce qui pouvait s’en approcher. Sam n’était qu’un monstre, un être cupide et vaniteux qui ne pouvait continuer d’exister qu’en profitant des autres. Sam l’avait longtemps oublié. Depuis quelques heures, cette noirceur qui l’habitait était remontée à la surface et ça semblait lui apporter une grande satisfaction. Sam pourrait commettre encore cette atrocité. Sam referait encore et encore ce choix. Sam était faible. Sam voulait encore rêver et espérer, même s’il n’en avait plus le droit. L’entière situation était un ultime test. Le fait qu’il soit ici, avec cette personne dans cette maison était une abomination, un affront à la nature, à la réalité. Mais l’arrogance de Sam faisait la différence. L’arrogance, ce monstre cupide et vaniteux qui dormait dans ses entrailles jusqu’à ce que cet homme lui apparaisse comme un envoyé de Dieu. Ou un envoyé du diable. Sam s’en moquait. Sam accepterait toutes les punitions. Sam aimait celle-ci. Un plaisir coupable et malsain. Mais ça ne faisait rien s’il profitait des autres. Ce n’était pas important s’il se permettait de laisser le monstre à l’intérieur de lui dévorer cet homme qui l’avait invité à entrer.

Cet être n’avait rien de naturel ou de réel à ses yeux.

Les choses semblaient malgré tout trop simples et les restes de respect qu’il pouvait avoir en l’individu qui lui faisait face l’obligeait à demander pour quelles raisons ce garçon d’à peine vingt ans avait envie d’accueillir un être tel que lui, qui finirait par le dévorer de sa malédiction lui aussi.

« Pourquoi ? »

Les mots lui irritaient le gosier. Depuis combien de temps n’avait-il pas parlé ? Sam ne pouvait pas dire plus. La question entière lui restait dans la gorge. Cependant, son interlocuteur n’avait pas besoin de l’entendre. Il la connaissait. Lui-même devait se la poser. Peut-être qu’il ne connaissait pas la réponse. Sam pouvait l’accepter. Sam se moquait complètement de ce qu’elle pourrait être. Il était ici, dans cette maison, dans cette chambre. Il ne savait pas lui-même pourquoi. Il l’acceptait. C’était une épreuve. C’était un mystère. C’était une réalité qui n’avait pas lieu d’exister.

L’univers était à l’envers.

« J’ai senti qu’on se ressemblait… Je sais, c’est idiot. »

Sam se moquait de cette réponse. Elle n’avait pas lieu d’être non plus. Cette situation était à l’encontre de la nature. Les lois universelles se trouvaient chamboulées rien que parce que Sam était dans cette ville, dans cette maison, dans cette chambre avec cette personne.

« Et toi ? Pourquoi ? »

Ce gamin n’avait pas besoin de demander précisément ce qu’il voulait savoir. Sam connaissait la question parce que lui-même se la posait. Peut-être qu’il ignorait la réponse également. Sam se contentait d’accepter la punition. Sam se contentait de subir l’humour d’un dieu juste et cruel à la fois. Sam aimait se dire que c’était un défi. Sam était dans cette maison avec cette personne et ça semblait aussi naturel que contre nature. Le mystère était grand. Si grand que Sam n’espérait même pas le résoudre. Ca importait peu en vérité. Qu’il reste mystère et lui resterait condamné. Cette situation lui convenait.

Qu’était-ce que le rêve ? Qu’était-ce que la réalité ?

Le rêve était magnifique. En rêve. Parfois, le rêve devenait réalité. La réalité devenait alors le rêve.

Alors le rêve devenait un cauchemar que l’on nommait réalité.

« Parce que j’ai rêvé de toi. »

Jake.

Si Sam devait décrire Jake en quelques mots, ce serait punition, ce serait espérance, ce serait mystère, ce serait stupidité. Mais le premier mot qui lui était venu à l’esprit lorsqu’ils s’étaient rencontrés quelques heures plus tôt n’était pas un mot qu’on pouvait prononcer sans souffrir. Sam ne pouvait plus le faire. Il n’en avait plus le droit.

Dean.

Si c’était un test, alors Sam était recalé.

L’univers était à l’envers.

Mais Jake n’était qu’un fragment du chaos qui finirait par s’installer.

.oO°Oo.

F R A G M E N T.

SAM

.C H A O S

.oO°Oo.

DAYDREAM C01 (fr)

DAYDREAM

1 ~ 2 ~ 3 ~ 4 ~ 5 ~ 6 ~ 7 ~ 8 ~ 9 ~ 10 ~ 11 ~ 12 ~ 13 ~ 14 

Genre : Crossover (SPN/DEVOUR), Gen, Romance, Angst. 

Pairing/Characters : Sam/Jake, Sam/Dakota, Dakota, Connie, Jake, Ruby, Sam.

Rating NC-17

Résumé : Après la mort de Dean, Sam a tout essayé pour le ramener. En vain. Sombrant lentement dans le désespoir et se jetant à corps perdu dans la chasse, il commence à perdre la raison, la période où l’alcool pouvait l’aider étant révolue. Jusqu’au jour où il atterrit dans une petite ville appelée Cheever Lake. 

NDA :     

- L’histoire se déroule entre la saison 3 et 4 (c’est une sorte d’interlude) et avant DEVOUR. Même si je m’inspire de ce qu’on découvre dans la saison 4 sur la vie de Sam pendant que Dean était enfer, je ne fais aucun spoil, il n’est donc pas indispensable d’avoir vu cette saison.

- Vous n’êtes pas obligé d’avoir vu Devour pour comprendre. Pour ceux qui l’ont vu et qui n’ont pas aimé pour X raisons, ça ne vous empêche pas de lire, puisque les défauts qu’on lui trouve et généralement énumérés ne se trouvent pas dans cette fiction (le côté surnaturel n’étant absolument pas présent et les personnages largement approfondis par mes soins.)

Pour ceux qui n’ont pas vu DEVOUR :

Jensen Ackles : Jacob Gray / Jake

Dominique Swain : Dakota Swan

Teach Grant : Conrad Dean / Connie

Jeremy Irons : Père de Dakota (en référence au film Lolita où il jouait le père de Dolorès (Lo) Haze, interprétée par Dominique Swain dans la version de Lyne en 1997. Encore une fois, pas besoin d’avoir vu le film, c’est juste un clin d’œil. Je trouvais que Dakota et Lo se ressemblaient.)

Alan Ackles : Paul Gray 

Wanda Cannon : Kathy Gray 

Pour finir, cette fiction est même beaucoup plus intéressante si vous n’avez PAS vu DEVOUR. Ainsi vous découvrirez le monde de Jake (pre-devour) à travers les yeux de Sam (et les miens), ce qui n’est pas plus mal.  

~

.oO°Oo.

Chapitre 1

Broken Inside

The thinning line between
You and my sanity 
Is quickly fading 
Takes just a breeze to cause a storm 
It takes me to cause a tragedy 

~ Broken Iris ~


Sam Winchester

.oO°Oo.

Sam ouvrit les yeux facilement, comme s’il venait juste de les fermer. Pourtant il faisait jour. La nuit était passée.

Une de plus.

Il ne savait pas s’il devait s’en féliciter ou pleurer.

Il quitta le lit, qui n’était pas le sien, et marcha dans la chambre du motel, qui ne devrait pas être la sienne, pour rejoindre la salle de bain. Les vêtements par terre ne lui appartenaient pas. Leur odeur n’était pas la sienne. Il ne se rappelait plus ce qu’il s’était passé la veille… Mais dans le fond, il n’en avait pas besoin.

Il savait.

Après la douche, il s’habilla mollement avant de ramasser les affaires jonchant le sol et de les plier avec le plus grand soin du monde, comme s’il avait peur de les déchirer. Il les rangea dans un sac qui avait du être jeté de l’autre côté de la pièce. Lorsqu’il ne resta plus qu’un blouson, il ferma le sac qu’il posa par terre près du lit dans lequel il avait dormi mais qui n’était pas le sien.

Il quitta la chambre. Le blouson gisait sur le lit.

.oO°Oo.

Le démon le regardait de haut. Pourtant il ne devrait pas, parce que c’était lui qui était attaché à une chaise, prisonnier au milieu d’un grand cercle. Sam ignora cet élan d’orgueil. Ce qui fit rire la femme possédée.

« Qu’est-ce qui te fait rire ? »

Sa voix n’avait plus aucune tonalité, il parlait de manière monocorde et restait calme quoi qu’il se passe. Parce que rien ne le touchait plus.

Par habitude.

« Regarde-toi, pauvre Sam Winchester sans son grand frère protecteur… Tu es si pitoyable. »

Il releva les yeux vers elle alors qu’il était jusque là resté concentré sur la préparation de l’exorcisme. En apparence, on pouvait le qualifier de calme. Mais dans son regard, quelque chose hurlait. La femme en sourit, fière d’elle. Pourtant elle ne devrait pas, parce que c’était elle qui était attachée à cette chaise au centre de ce cercle dont elle ne pouvait pas s’échapper.

Sam laissa en plan ce qu’il faisait pour s’approcher d’elle lentement. Ses pas résonnaient, menaçants, sur le sol froid et humide de la cave. Il entra dans le cercle. Ce calme apparent ne le rendait que plus dangereux. Son regard était terrifiant mais le démon garda son expression dédaigneuse. Sam se pencha sur elle, plaçant ses mains sur ses épaules, presque amicalement. Elle tressaillit.

« Et si je te torturais toute la nuit, finalement ? Si j’injectais de l’eau bénite dans tes veines ? Si je t’obligeais à en boire jusqu’à ce qu’elle ronge ton estomac et que tes organes fondent ? Si je découpais lentement ta chair pour y mettre du sel ? Si je te brûlais vive ? »

Le regard horrifié qu’elle lui adressa le contenta et il lui sourit presque gentiment.

Sa gestuelle calculée, sa voix douce, son expression amicale… Tout cela semblait si décalé que c’en était terrifiant.

« Dis-moi, quand tout ça arrivera… »

Il approcha encore son visage du sien, se glissant jusqu’à son oreille, faisant se frôler leur joue. Elle tremblait. Lentement, détachant chaque syllabe distinctement, il murmura au creux de son oreille.

« … Qui sera le plus pitoyable de nous deux ? »

Aucune réponse ne lui parvint, il retourna donc à sa préparation en se redressant rapidement et sans la regarder. Tout le reste du rituel, le démon n’ouvrit pas la bouche. Sam ne le fit que pour prononcer des phrases latines qui arrachèrent des hurlements au démon.

Un boulot de plus.

Un de plus sans Dean.

Il ne les comptait plus.

.oO°Oo.

Tout tanguait.

Il bascula et heurta un mur. L’espace d’un instant, il crut qu’il allait vomir. Tout lui semblait flou. Tout lui semblait loin. Il ouvrit la porte et – même s’il savait – la chambre lui sembla vide.

Atrocement vide.

Même s’il savait déjà.

Peu importe combien de verres il avait réussi à boire avant de se décider à retourner au motel, il n’arrivait jamais à oublier que Dean ne serait pas là pour l’attendre. Mais il pouvait oublier le numéro de la chambre, l’endroit où il avait garé la voiture, s’il avait mangé ou non et parfois même son propre nom. La seule manière dont il pouvait se le rappeler, c’était d’imaginer Dean le prononcer.

Sammy.

Sans Dean, il n’y avait plus de Sammy. Sans Dean, il n’y avait que Sam. Juste Sam. Il ne savait plus qui il était. Comme si toutes ces années passées avec son frère avaient finalement défini qui il était. Maintenant que Sam se retrouvait seul avec sa douleur, il n’était plus sûr de rien. Il doutait constamment de lui-même.

Sam s’écroula sur le premier lit qui voulut bien le réceptionner. Ce n’était pas le sien, il pouvait en être absolument certain.

L’odeur de Dean.

C’est sur ce lit que ce matin, il avait posé le blouson de Dean. Il n’avait pas perdu l’habitude de prendre des chambres à deux lits. Seulement tout ce qu’il y avait sur le deuxième était les affaires de son frère. Il ne pouvait jamais se résoudre à les jeter. Pas maintenant. Pas tant qu’il y avait encore un tout petit peu d’espoir que Dean revienne. Sam inspira une grande bouffée de l’air embaumé. Oui, c’était son odeur.

L’odeur de Dean.

Sam se surprit à tendre l’oreille pour entendre les légers ronflements qu’il y avait habituellement dans leur chambre à cette heure-ci. Mais à présent, cette chambre et toutes les autres d’après seraient sa chambre. Plongée dans le silence.

Sam étouffa un gémissement de souffrance dans l’oreiller.

Toujours l’odeur de Dean.

Mais pas assez

Dans un sursaut de démence, son corps s’extirpa du lit pour fouiller dans le sac au sol. Il faisait nuit mais par habitude maintenant, il trouva l’objet désiré. Tout se passa vite. Par automatisme. Il ne put comprendre qu’une seule chose alors qu’il s’écroulait sur le lit.

L’odeur de Dean était partout.

Sur les draps, sur l’oreiller, sur le blouson, sur lui… Il lâcha un sanglot alors que les larmes revenaient.

Ca n’était toujours pas assez.

Où était la chaleur de Dean ?

Sam se redressa encore, enfilant cette fois le blouson. Il lui fallut quelques minutes avant de se calmer. Peu à peu le vêtement s’imprégna de sa chaleur. Pourtant, il avait toujours cette boule dans la gorge, cette douleur quand il respirait.

Un mois que ça durait.

Que Sam cherchait désespérément la présence de Dean. C’était pire la nuit. Uniquement parce que le jour il était trop occupé à chercher une manière de le ramener. Hier soir encore, il avait tué un démon des croisements qui avait refusé le pacte. Il avait tout fait, toutes les religions, incantations, sortilèges, allant du vaudou au satanisme, priant chaque matin de trouver enfin une solution. En vain, toujours en vain.

Il aurait aimé que le sommeil soit son réconfort. Mais quand ses crises de larmes l’abandonnaient enfin pour le laisser dormir, il n’y avait aucun rêve, aucun grand frère qui se moque de lui parce qu’il se comporte comme une fillette.

Juste le noir jusqu’au jour suivant.

.oO°Oo.

Sam ouvrit la porte et la jeune femme qui avait frappé entra, ne lui laissant pas le temps de réaliser qui le dérangeait au milieu de la nuit. Elle fit le tour de la pièce du regard avant de poser ses grands yeux noirs sur lui. Il ferma la porte avant de s’asseoir sur le lit de Dean. Elle arrivait juste au bon moment, juste lorsqu’il allait commencer sa crise quotidienne. Heureusement. Il aurait perdu le peu de fierté qui lui restait si elle l’avait vu dans un état pareil. Elle aurait encore essayé de le comprendre, de le réconforter… Cette pensée lui arracha malgré lui une grimace d’horreur.

Quoi qu’elle en dise, il ressentait sa présence comme une mauvaise chose. C’était mal. Comme ce qu’il faisait avec elle. Mais concernant cette deuxième partie de leur relation, il préférait penser que sa vengeance envers Lilith serait une rédemption.

Depuis qu’elle l’avait sauvé, alors qu’il était trop saoul pour se défendre, elle le suivait, de loin. Elle avait réitéré sa proposition et il l’avait acceptée. Enfin. Il n’était pas trop tard pour apprendre. Il aurait du lui dire oui à la minute où elle lui avait proposé son aide la première fois. Quand Dean était encore vivant. Mais aujourd’hui, il n’y avait plus de place pour les fiertés mal placées. Tout n’était pas noir ou blanc.

« Où est-ce que tu traînais ces derniers jours ? »

Depuis, elle venait le trouver tous les trois jours. Parfois elle disparaissait une semaine. En réalité, il détestait cette femme. Elle allait et venait à sa guise. Elle n’avait qu’un mot à dire et il la suivait sans rien demander. Il ne voulait pas savoir. C’était inutile de se poser trop de questions. Peu importe si elle se servait de lui, parce qu’il ne se gênait pas pour se servir d’elle. Elle n’était là que pour ça. Que pour ça.

Et il était hors de question que ce soit pour autre chose.

« Je t’ai manqué ? »

Il ne répondit rien. Il détestait cette once d’espoir qu’il y avait dans sa voix et se bornait à l’ignorer. Avec autant de dédain dont il pouvait faire preuve. Il aurait voulu pouvoir se passer d’elle, mais il avait besoin de ce qu’elle lui apportait. Depuis la mort de Dean, elle était son unique contact. Pour ce que ça valait.

Elle n’avait rien d’humain.

« Mets toi sur ton 31, on sort ce soir. »

Un frisson parcourut Sam. Il avait toujours une hésitation avant de la suivre. Un sentiment de honte le prenait. De temps en temps, il y avait une ignoble excitation… Mais il suffisait qu’elle lui sourie et il comprenait. Son sourire était un rappel tacite et constant de tout ce qui le poussait à agir de la sorte.

Aussi contre nature que ça puisse paraître.

Sam se leva difficilement du lit. Même s’il n’était pas encore allé se saouler à l’extérieur, il avait entamé une ou deux bouteilles de vodka. La jeune femme ne releva pas quand elle le vit tituber pour préparer ses affaires. Mais le regard qu’elle lui adressa lui était insupportable.

Qu’elle garde sa compassion démoniaque. Elle n’était là que pour lui permettre de trouver la paix.

Ruby n’était rien d’autre.

.oO°Oo.

Même s’il l’avait déjà vécu, continuer sans Dean était insupportable. Sans la « leçon » de l’arnaqueur, cela aurait-il été pire ?

Sam se leva enfin pour quitter le lit de Dean. Un bref regard sur son portable. Il ne fut pas surpris de constater qu’une dizaine d’appels manqués de Bobby s’affichaient et que tout autant de messages remplissaient sa boîte de réception. Les plus vieux dataient de dix jours.

Il ne touchait plus à son téléphone.

Ce n’était plus la peine. Après trois ans sur les routes, Sam s’était enfin aperçu qu’il n’avait plus aucune nouvelle de ses amis de Stanford. Sans qu’il ne s’en rende compte, petit à petit, il avait perdu contact avec ce monde qu’il avait eu tant de mal à bâtir. Au fur et à mesure des mois, Dean était devenu…

Tout.

Comme lorsqu’ils étaient jeunes, son grand-frère était devenu centre de l’univers restreint dans lequel il vivait. Faute de père, Dean avait longtemps été son héros, son modèle, son repère. Et ils avaient reproduit ce schéma. Sam en avait voulu à Dean parce que, il en était persuadé, c’était ce qu’il voulait : avoir à nouveau un petit frère à protéger, une raison de continuer. Mais la colère, ça ne guérissait aucune blessure. Surtout pas celle-ci. Comme autrefois, Sam et Dean avaient été dans une chambre d’hôtel et le grand frère avait été au centre. Mais aujourd’hui, la chambre paraissait trop grande.

Sam se prépara rapidement avant de faire son sac. Ici encore, le croisement n’avait rien donné. Combien lui en restait-il encore avant qu’il ne perde espoir ? Il mit les sacs sur ses épaules et ferma la porte derrière lui, non sans adresser un dernier regard au lit défait. Une fois les sacs dans l’Impala, il alla déjeuner.

Par habitude.

La serveuse le dragua ouvertement et il fit l’effort de flirter. Mais elle comprit rapidement qu’il n’était pas d’humeur. Il commanda un café et une part de tarte aux pommes.

Par habitude.

Il y toucha à peine. La faim ne venait plus aussi facilement. S’il n’y pensait pas, il pouvait ne rien manger pendant plusieurs jours. Dix minutes passèrent où le silence bourdonnait à ses oreilles. Alors il demanda l’addition et retourna à la voiture.

Ce n’est qu’à l’intérieur qu’il en prit conscience.

Sam portait le blouson et il sentait l’après-rasage de Dean.

.oO°Oo.

Sa tête était en feu, il avait l’impression que sa cervelle se liquéfiait. Mais la satisfaction de voir cette ordure de démon souffrir également l’aidait à composer avec sa propre douleur. Ruby le regardait. Tapie dans l’ombre comme à chaque fois. Il sentait ses yeux le transpercer. Il ne savait jamais si l’expression qu’elle affichait était de la satisfaction de pouvoir le mener à la baguette ou juste de la fierté qu’il parvienne à aller aussi loin.

Une fumée noire et pâteuse s’échappait du démon prisonnier. Il résistait tant bien que mal à l’extraction imposée que Sam tentait de réaliser par la force de son esprit. Comme Ruby le lui avait appris. Mais détruire un démon au lieu de l’envoyer en enfer, ce n’était pas simple. De loin. Surtout quand il avait un gramme de trop d’alcool dans le sang. Il se massa la tempe en espérant que la migraine s’atténuerait. Mais une fois encore, la douleur fut trop grande. L’ignorer trop longtemps faisait que lorsqu’il était à bout, elle le frappait cent fois plus fort. Il lâcha un cri en coupant le lien psychique qu’il avait avec le démon. Ses jambes semblaient faites de coton alors qu’il s’écroula sur le sol. Ruby s’avança alors et planta son couteau dans la gorge du démon. Elle savait que dans cet état, Sam n’arriverait à rien de plus.

Sam le savait aussi.

La douleur passée, il cria sa rage et son impuissance. Son poing s’écrasa sur le sol humide mais cette nouvelle souffrance fut comme une chatouille par rapport à ce qu’il éprouvait. Quand allait-il enfin réussir ? Lorsqu’il arriverait enfin à broyer l’âme d’un démon en fermant simplement le poing, il pourrait aller trouver Lilith et la détruire… La torturer s’il le fallait. Pour lui rendre tout le mal qu’elle lui avait infligé.

Même si ça lui semblait difficilement possible d’égaler un tel seuil de douleur.

Ruby s’approcha de lui lentement et s’accroupit pour être à sa hauteur. Il mit son visage entre ses mains pour qu’elle ne voie pas ses larmes. Il sentit sa main se poser sur son épaule. Elle était froide. Ce corps était mort et le démon qui l’habitait n’avait rien d’humain. Il s’en débarrassa d’un geste vif. Il ne voulait pas de sa pitié. Ca ou quoique ce soit d’autre. Surtout si c’était autre chose.

« Sam…

- Ne me touche pas ! »

Il se releva d’un bond et courut jusqu’à la voiture. Ce n’était pas l’Impala. Il ne voulait pas prendre la voiture de Dean lorsqu’il sortait avec Ruby. Comme s’il avait peur qu’une fois de retour, son frère sente que quelque chose de mal se passait, rien qu’en touchant le volant. Il ne voulait pas le décevoir. Il savait que c’était mal. Que ce que Ruby lui donnait n’avait rien de positif. Mais il se bornait à fermer les yeux. Il faisait ça pour aller mieux.

Il faisait ça parce que Dean n’était plus là.

Ruby eut la décence d’attendre qu’il arrête de pleurer pour se montrer. Il aurait voulu se montrer dédaigneux envers elle. Il avait pris l’habitude de le faire. Mais c’était surtout parce qu’il pensait que si il la détestait assez, la gravité de ses actes seraient diminuée. Il la détestait autant qu’il se détestait lui-même.

Pourtant, à cet instant, il lui fut reconnaissant.

« La prochaine fois ce sera la bonne. Tu as fais des progrès. »

Elle essayait de le réconforter, de l’encourager. Elle était toujours gentille avec lui, sauf quand il avait besoin qu’elle remette les pendules à l’heure. Il haïssait cette gentillesse.

Elle ressemblait trop à celle de Dean.

.oO°Oo.

Deux jours plus tard, elle réapparut mais cette fois, la faiblesse dont il avait fait preuve s’effaça dès qu’elle ouvrit la bouche.

« Quoi ?! »

Il lui lança un regard noir. Il aurait pu la tuer tout de suite sans autre forme de procès pour ce qu’elle venait de lui annoncer. Mais Ruby garda la tête haute. Elle comprenait sa réaction. Mais elle n’avait pas le choix. C’était pour l’aider après tout.

« Il faut vérifier les informations, Sam. Je ne serais absente que quelques semaines. Je suis sur une grosse affaire, je te jure qu’à mon retour tu me remercieras. »

La remercier ? Comment pouvait-il ?

« Tu avais dit que la prochaine fois serait la bonne ! On y va maintenant !

- Tu es encore plus saoul que d’habitude ! Tout ce qui va arriver si on y va ce soir, c’est ta mort ! Je refuse de te laisser courir à ta perte ! 

- Ma mort ne regarde que moi ! Tu n’es là que pour superviser ! Tu t’assois, tu conseilles et tu regardes ! C’est tout ! Le reste, c’est mon affaire, bordel !

- J’ai dit non, Sam. »

Ils se regardèrent dans les yeux un long moment dans une lutte pour la domination. Sam respirait bruyamment, essayant de garder sa rage pour lui-même. Lorsqu’il comprit qu’il ne tirerait rien d’elle ce soir, il soupira rageusement et s’assit sur le lit de Dean. Après quoi la voix de Ruby sonna doucement à ses oreilles. Il aurait préféré qu’elle soit glaciale. Il aurait préféré qu’elle lui crie dessus. Il aurait préféré être sourd.

« Sam… Pendant mon absence, ne fais rien, ok ? S’il se passe quelque chose et que je ne suis pas là pour t’aider, tu pourrais mourir. Tu veux tuer Lilith, n’est-ce pas ? »

Sam ne répondit pas. Ses yeux étaient rivés sur le sol. Il bouillonnait intérieurement. Elle lisait en lui trop facilement, elle le comprenait trop bien, et ça, il ne le supportait réellement pas. Elle n’avait pas le droit.

Elle n’avait rien d’humain.

« Quand je reviendrais, on ira se taper autant de démon que tu veux, mais maintenant, je vais partir et toi tu vas dormir ok ? Tu as une mine affreuse. »

Elle voulut caresser sa joue mais il eut un geste de recul et lui lança un regard rempli de haine, de rage et de dégoût. Tout son corps était crispé et il respirait fort, comme pour se contenir. Pour la première fois, elle baissa les yeux. Sa main retomba le long de son corps et elle essaya de sourire gentiment. Qu’il détestait quand elle était comme ça. Trop humaine. Etait-ce un jeu ? A force, il ne savait plus faire la différence. Il détestait qu’à cet instant il soit désolé pour elle alors qu’elle avait tout d’une femme qui venait de se faire jeter. Mais elle n’avait rien d’une femme. Non.

Elle n’était qu’un démon.

Ruby quitta la chambre sans un mot ou regard de plus. Une fois seul, Sam finit sa bouteille de whisky, déjà bien entamée.

.oO°Oo.

Un croisement de plus.

Aucun indice sur comment ramener Dean. Aucune piste sur l’endroit où il pourrait trouver Lilith.

Aucun réconfort.

Juste l’amère déception et la fatigue.

.oO°Oo.

Un bar de plus.

Bière, vodka, whisky, tequila. Parfois une jolie blonde pour l’aider à descendre les verres plus vite. Parfois elle l’embrasse, parfois il la jette.

Parfois il la baise.

Simplement parce que c’est ce que Dean aurait fait.

.oO°Oo.

Une ville de plus.

Il oubliera rapidement son nom. Il n’est que de passage. Une rumeur sur une femme qui ramène les défunts à la vie. C’est encore un mensonge : une manipulatrice de faucheuse. C’est encore une impasse et Sam n’en peut plus.

C’est encore une fois comme s’il reculait au lieu d’avancer.

C’est encore une nuit à chercher Dean, saoul, et tout ce qu’il trouvera ne sera qu’une créature à abattre.

.oO°Oo.

Les jours se succédaient, les boulots s’enchaînaient, les villes se ressemblaient, les bars et les femmes aussi. Sans nouvelles de Ruby. Sam avait la sensation d’être coincé dans une boucle dont il ne pouvait sortir. Comme un mardi qui se répète. Sauf que cette fois, il n’y aurait personne pour claquer des doigts. Rien ne recommencerait.

.oO°Oo.

Sam ne dormait plus.

Il n’en était pas vraiment sûr. Le soir, il s’allongeait et regardait le plafond fissuré d’une chambre miteuse, le matin il ouvrait les yeux, le même plafond, la même position, la nuit durant une minute tout au plus. Il avait des cernes et une mine affreuse à effrayer un mort. Même s’il ne se sentait pas fatigué, son corps le rappelait souvent à l’ordre. Il lui rappelait qu’il avait des besoins.

Ce n’est qu’après avoir failli se tuer qu’il le comprit.

Lentement, il perdit sa concentration au volant de l’Impala. Doucement, la voiture dévia sur l’autre voie. Sam n’entendit même pas le vacarme que faisait le camion en face de lui. Quand il revint à lui, il ne réfléchit pas en lâchant le volant et en fermant les yeux. Se laisser mourir… Il n’y avait même pas pensé…

Pourtant, dans un coin de sa tête, quelque chose cria.

Sammy

Alors il ouvrit les yeux. Son corps fit le reste, par réflexe.

Quand Sam reprit ses esprits, il avait encastré l’Impala dans un panneau. Il soupira de colère. Comme s’il avait du temps à perdre. Il sortit de la voiture pour examiner les dégâts. Pas le choix, il allait devoir rester ici pour réparer l’Impala. Comme Dean lui avait finalement appris. Il en profiterait pour prendre une chambre et dormir un peu.

Sam lança un regard noir au panneau annonçant « Bienvenue à Cheever Lake » avant de se diriger vers cette petite ville.

.oO°Oo.

…To Be Continued…

.oO°Oo.